Week-end en plein cœur d’Ardèche

Et si on retournait en été pour quelques instants ?


Cet été, je n’ai pas eu l’occasion de voyager comme les trois dernières années. Un peu frustrant, mais entre le covid qui limitait déjà les possibilités, et le fait que j’ai travaillé pendant deux mois, il était difficile de partir quelque part (surtout que mes jours de repos étaient irréguliers et ne coïncidaient pas toujours avec ceux de mon copain). Malgré tout, on a réussi à s’évader de Montpellier le temps d’un week-end chez la sœur de mon copain, qui habitait en Ardèche à ce moment-là.

Donc le vendredi soir, après le travail, on prend la voiture (du meilleur service location de voiture de la région, aka mon père) et on part direction l’Ardèche, plus précisément dans les coins de Privas, à Chomérac.  

Sur la route, il y a un air de vacances; la file d’en face est énorme, l’autoroute est bondée de lumières de phares et de touristes impatients d’arriver enfin sur les plages de Méditerranée. 

On finit par s’arrêter pour manger à l’aire de repos de Tavel, d’où on aperçoit le cadran solaire juste en face, tout éclairé, que je connaissais pas jusqu’à présent. On mange en vitesse avant de reprendre la route, on a encore du chemin ( plus d’une heure et il est déjà tard). 

Tout le reste de la route, même si on ne voit pas grand-chose, on longe plus ou moins le Rhône. J’arrive quand même à distinguer, éclairée par des projecteurs, la falaise sur laquelle est posé le château de Mornas, dont je n’avais jamais non plus entendu parlé! Comme quoi, on fait de belles découvertes sur la route!

On a traversé le Rhône, au niveau de Montélimar, avant d’arriver une quinzaine de minutes plus tard à destination! 

Hop, pas de temps à perdre, il est tard: au dodo!

Plein cœur d’Ardèche

Nous voilà donc en Ardèche, pour le week-end. Contrairement à mon habitude, je n’ai pas vraiment planifié ou organisé quoi que ce soit, mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire quelques recherches sur internet sur ce qu’il y avait à voir à proximité. Au final, assez peu de résultats, car on était dans la partie moins touristique de l’Ardèche! Mais je repère quelques endroits quand même, et c’est cela aussi qui me plait : découvrir des petites pépites moins connues! L’Ardèche est un territoire aux paysages diversifiés: gorges, volcans, grottes, montagnes, cascades, forêts… Le lieu le plus connu et touristique étant Vallon Pont D’Arc, dans les gorges de l’Ardèche. 

L’Ardèche Plein Coeur est connue pour être plus authentique. Concernant son histoire, elle fut une terre huguenote; on en voit encore les vestiges aujourd’hui. La ville la plus importante est Privas, qui est aussi la préfecture du département. Petite particularité: il s’agit de la plus petite préfecture de France! Privas est aussi la capitale du marron glacé!  Et c’est justement dans la région de Privas que nous étions, même si nous n’avons pas eu le temps de visiter cette ville. 

Lors de notre séjour, nous avons visité trois villages: la commune de Chomérac, où nous logions, et les villages de Saint Vincent de Barrès et de Coux

Venez, je vous fais découvrir! 

Une journée tranquille à Chomérac

La journée du samedi, on l’a passé tranquillement à Chomérac. Chomérac, de l’occitan Chaumeira, est située dans une vallée traversée par les rivières Payre et Vérone. En termes de reliefs, vous pourrez y admirer les reliefs des montagnes calcaires des Grads et le plateau basaltique du Coiron.

Cette commune a connu une histoire particulière: tout d’abord, à l’époque romaine, elle est traversée par la via late, route militaire et commerciale. Au Moyen-Age, Aymard de Poitiers y construit une forteresse. Par la suite, un village avec des remparts y est implanté. En Vivarais ( ancien nom de l’Ardèche actuelle), les habitants deviennent protestants, mais avec les guerres de religions et le siège de 1628 à Privas (au même moment que le fameux siège de la Rochelle), le village connaît une histoire mouvementée et finit par être repris au bout de six fois, comme le reste de la France, par les catholiques. 

Chomérac accueille ensuite le premier moulinage en Vivarais, ce qui permet à la commune de devenir pionnière dans l’industrie de la soie. Vous pouvez d’ailleurs retrouver aujourd’hui encore ces moulinages et filatures, au niveau des deux rivières. A Chomérac, on retrouve également des carrières de pierre, qui ont permis de bâtir notamment la forteresse. On y produit aussi beaucoup de fruits et d’oléagineux. 

Un patrimoine industriel et historique qu’il est nécessaire de conserver pour faire perdurer les traces de cette époque! On retrouve également du petit patrimoine bâti, aussi appelé patrimoine rural, par exemple avec le pont Sicard, qui traverse la Véronne, ou l’aqueduc de la Neuve au niveau de la Payre.

Pour découvrir Chomérac, on décide d’y passer toute la journée et de profiter de sa tranquillité. On découvre un moulinage sur notre chemin et on traverse le pont Sicard pour rejoindre le potager, au niveau de la Véronne. On découvre plein de fruits et légumes qui poussent ici, sur un terrain partagé par plusieurs foyers. On aura même la chance de pouvoir y goûter ( par contre, on a oublié de faire des mojitos avec la menthe, quelle tristesse!)

Pendant que les autres s’occupent du potager, je découvre les bords de la Véronne. Je trouve un petit tipi fait d’amas de bouts de bois, de jolies pierres toutes lisses sur lesquelles se poser au milieu de la rivière, et plus loin, un petit chemin qui monte vers une autre partie du village. Je trouve que le cadre de cet endroit est vraiment superbe! On monte ensuite dans le village et je le trouve très mignon, avec ses vieilles maisons de pierre et aux portes et volets souvent bleutés. Sur certaines maisons, des plantes grimpantes, sur d’autres, des signes d’un passé huguenot. J’aime vraiment beaucoup cette partie du village; les vieilles pierres ont vraiment du caractère! 

On finit par redescendre vers le potager, avant de rentrer déjeuner à l’heure espagnole et goûter ces fameux légumes. Sur la place, des groupes jouent à la pétanque. 

Vers 17h, on est parti en balade pour avoir un joli panorama sur Chomérac et ses alentours. 

On a fait la balade “panoramique de Chomérac”, au niveau des Grads. On avait tout d’abord une vue superbe sur Chomérac. Et une vingtaine de minutes plus loin, de l’autre côté, une vue plongeante sur les 3 becs et le massif du Vercors. Ça nous a vraiment donné envie d’aller crapahuter par là-bas!

En redescendant, nous sommes retournés au niveau de la rivière, cette fois-ci pour se poser, et tenter de se baigner. Mais l’eau était si fraîche que se tremper plus que jusqu’aux genoux était compliqué… alors on s’est juste posé et j’ai pris 36000 photos de libellules!

Au niveau du potager, on retrouve des béalières des jardins et de l’usine à soie. Ce sont de petits canaux d’irrigation, typiques de l’Ardèche. 

Quand il a commencé à faire plus frais, on est parti commander des pizzas chez Diablo’Thym qui se situe sur la place du Bosquet, face à un joli trompe l’œil. En attendant la commande, on a vu un joli coucher de soleil, dommage que je n’avais que mon téléphone pour capturer cette scène. 

chomérac76On avait pris une pizza 5 fromages à emporter, qui était pas mal, et pour l’accompagner, un petit vin rouge IGP cabernet sauvignon “l’inattendu” du domaine Peylong, produit dans le département voisin, la Drôme.

Avant de dormir, par la fenêtre, on a pu observer les étoiles. Vu qu’il y a peu d’habitations et donc de lumières, le ciel est vraiment dégagé et c’est quelque chose auquel je ne suis malheureusement pas habituée! Le spectacle était vraiment superbe.

 

Une journée de visite
Saint-Vincent-de-Barrès

Le joli village de Saint Vincent de Barrès fait partie du classement des villages de caractères, un label qui certifie un intérêt pour le développement du tourisme dans le village, par la mise en avant de son architecture patrimoniale. Le village doit avoir un caractère rural et ne pas dépasser les 3500 habitants. Il doit posséder des sites et monuments classés, ainsi qu’un paysage remarquable, des restaurants et des hébergements touristiques. Le village doit également organiser des événements et préserver l’environnement! 

Ici, à Saint-Vincent-de-Barrès, l’artisanat et le savoir-faire sont mis en avant. On retrouve par exemple un atelier de poterie et un atelier d’enluminure. Le village possède des monuments que je vais vous présenter par la suite, et une superbe vue sur la plaine agricole et la forêt du Barrès.

Saint-Vincent-de-Barrès fait partie de la communauté de communes « Ardèche Rhône Coiron”, et de la sorte, il bénéficie également du label “pays d’art et d’histoire”, un label qui sensibilise à la préservation du patrimoine, ainsi qu’à l’architecture et au cadre de vie.  

Bref, rien qu’avec ces deux titres, vous savez que Saint-Vincent-de-Barrès mérite la visite! 

Le dimanche, nous avons donc pris la route direction ce joli village niché sur un éperon de calcaire. Nous nous sommes garés en contrebas avant de monter dans le village. Vous allez pénétrer très probablement dans le village par la porte des Notables, porte principale des fortifications, qui date de la fin de la période romane! Un système de barres en bois permettait de bloquer l’accès à la porte. 

Plus haut dans le village, vous pourrez voir une place sur laquelle se trouvent des restaurants mais aussi la mairie et la tour du donjon, en calcaire de Cruas, qui contraste avec les autres habitations, en pierres blanches et noires du plateau du Coiron. 

Vous pourrez ensuite voir une deuxième porte, la porte des cavaliers, qui permettait à ces derniers d’arriver dans le village à cheval.  Vous déboucherez sur une petite place derrière le château, qui est maintenant la mairie. Sur sa façade, quand nous y étions, il y avait une exposition de photographies. 

Ensuite, vous pourrez déambuler dans la rue où l’on retrouve diverses échoppes, notamment un atelier d’enluminure qui a attiré mon attention. Quand j’étais au lycée, on avait appris un peu la calligraphie, alors voir un atelier totalement dédié à cet art médiéval m’a enchanté. L’atelier s’appelle “l’écritoire enluminé”. L’artiste enlumineur nous a présenté son travail :  elle nous a montré et expliqué diverses réalisations, et j’ai trouvé cela très intéressant. Une bonne idée cadeau pour ceux qui aiment les lettres, les vieux livres et l’époque médiévale! 

Nous sommes aussi passés devant l’église qui a été reconstruite entièrement au XVIIème siècle.

Un petit village plein de charme, bourré de savoir-faire et d’histoire médiévale! 

Coux

Nous avons ensuite repris la voiture, cette fois-ci direction le petit village de Coux, juste à côté de Privas. 

Coux domine la rivière Ouvèze. Le village était autrefois un site gallo-romain, puis un lieu de protection contre les guerres de religion; il a d’ailleurs joué un rôle important dans le siège de Privas en 1628. Les maisons y ont souvent une architecture paysanne, ou alors plus recherchée, mais c’est tout le charme de ce petit village. 

Nous allions à Coux pour visiter le village mais aussi dans l’espoir de manger au restaurant. Malheureusement, il était trop tard, le service était terminé au restaurant que nous avions repéré sur la place de l’église, une petite place charmante avec une fontaine. Nous espérions pouvoir manger à Coux, avant de partir découvrir les grottes de la Jaubernie en contrebas. Malheureusement, ce ne fut pas le cas, vu qu’il nous fallu donc rentrer pour pouvoir manger. Coux nous a donc laissé un petit goût amer, même si le village est très charmant ( mais aussi très petit!)

Retour à Chomérac

Après manger, nous sommes allés à nouveau au bord de la Vérone, à Chomérac. L’eau était étrangement encore plus froide que la veille: impossible d’y mettre les pieds plus de 3 minutes!

Au bout d’une heure environ, on est monté au village pour manger des glaces (l’incontournable d’un séjour réussi selon moi!) ; on est allé au glacier sur la place principale du village, la place du bosquet, chez le glacier Choméracois. Au programme: deux boules de glace, une aux marrons avec éclats de marrons glacés et une à la tarte aux fraises. J’ai eu la dernière boule aux marrons et les gens derrière moi étaient dégoûtés oupsi #sorrynotsorry. Le marron, c’est LA  spécialité de l’Ardèche, je ne pouvais décemment pas passer à côté de ça! Et c’était d’ailleurs très bon! J’ai aussi aimé la convivialité de ce lieu, où les habitants du village aiment se retrouver un dimanche après-midi d’été. 

Une fois la glace finie, il est temps de repartir pour Montpellier et de clôturer ce séjour ardéchois. Une petite pause estivale, avant d’attaquer les prochaines semaines à venir qui vont être éreintantes!

J’ai beaucoup aimé Chomérac, c’est peut être même l’endroit que j’ai préféré du séjour: à l’écart des routes touristiques vu qu’il ne figure pas dans les guides, de jolies ruelles, des chats et des fleurs un peu partout ( j’avais pensé à renommer la commune en Chatmérac ou Chamérac ahah), la rivière de la Véronne en bas du village, des sentiers de randonnées qui relient d’autres villages, des places où les habitants aiment à se retrouver autour d’une glace ou d’une pizza, ou encore pour jouer à la pétanque. Bref, un cadre de vie agréable pour passer quelques jours déconnecté loin du stress du quotidien! C’est le genre d’endroits qu’il est important de mettre plus en avant dans un sens, mais dans un souci de préservation dès le départ, grâce à une démarche éco-touristique responsable! 

Mais j’ai aussi beaucoup aimé les jolis villages de Saint Vincent de Barrès et de Coux. J’ai aimé découvrir le label “villages de caractères”, qui met à l’honneur les jolis villages du patrimoine ardéchois. J’ai aimé être dans la nature, loin des villes, et découvrir de nouvelles choses. 

Sur la route du retour

Nous voilà à nouveau en voiture; les couleurs de fin d’après-midi sont belles, les reliefs sont illuminés; on voit d’abord le plateau du Vercors, et les 3 becs, puis la forteresse de Mornas comme à l’aller mais cette fois en plein jour; alors, on profite du panneau indiquant l’aire d’autoroute de Tavel pour y faire une pause repas hyper rapide ( nos restes de pizza de la veille ahah) tout en contemplant le paysage: le mont Ventoux, le parc naturel régional des Baronnies et celui des Alpilles! Tout paraît si proche et tout donne envie! Mais si on s’est arrêté précisément à Tavel, ce n’est pas pour rien! Nous avions envie de voir cette nef solaire qui nous avait intrigué à l’aller. 

On reprend la voiture pour rejoindre la nef solaire et là surprise: on est totalement seuls! Alors qu’à l’aire d’autoroute, des centaines de voitures sont présentes. Hyper étonnés, on s’engage vers la nef, toute blanche et à l’architecture superbe! Il s’agit d’un des plus grands cadrans solaires au monde, dont la sculptrice est Odile Mir, le gnomoniste ( celui qui réalise les calculs pour réaliser le cadran) est Denis Savoie et l’ingénieur Robert Queudot; un superbe travail d’équipe pour un super résultat! 

Ce cadran solaire accessible depuis octobre 1993 permet d’indiquer l’heure, mais aussi la saison, et le signe du zodiaque, suivant où le soleil se projette.

Au sol, on retrouve des lignes numérotées qui nous aident à deviner l’heure. On a fait le test, il faut pour cela faire un petit calcul (tout est indiqué sur place, car le calcul dépend de la saison!) et on a trouvé l’heure exacte, ouf, sinon on ne serait pas reparti ahah! 

Si un jour vous passez par l’autoroute A9, je ne peux que vous conseiller de vous y arrêter!

On a repris la route et en voyant les panneaux, on a failli faire une “folie” : s’arrêter pour le coucher de soleil au Pont du Gard; sauf qu’on n’était pas organisé et que le temps qu’on se décide, on avait loupé la sortie ahah, donc ce sera pour une prochaine fois!

En bref, ce petit séjour au grand air nous a fait du bien, même s’il était bien trop court! J’espère que, tout comme moi, vous aurez découvert un petit bout de ce beau département, et que vous aurez envie de l’arpenter une fois qu’on pourra à nouveau partir à plus d’un km de chez nous! 

Publié par ailevoyage

Blog Voyage

9 commentaires sur « Week-end en plein cœur d’Ardèche »

  1. Merci pour cette belle escapade, tes photos sont très sympas ! Je me souviens j’étais partie en colo il y a 10 ans au moins faire les gorges de l’Ardèche en canoë c’était génial. C’est plus au sud encore que Privas, je te les recommande si tu ne connais pas encore. Et tous ces petits villages typiques comment ne pas tomber sous leur charme ? 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou Lola ! 🙂
    Ha mais merci beaucoup de m’avoir refait découvrir l’Ardèche où je suis allée étant enfant avec mes parents…mais dont je ne me souviens guère hélas…
    J’espère y aller de nouveau avec mon mari du coup !
    Bisou et bonne journée à toi.
    Nathalie

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :