Mis en avant

Une journée d’anniversaire aux Baux de Provence

Si vous avez lu mon article 21 endroits que je rêve de voir en France, vous savez que pour fêter mon anniversaire il y a maintenant plus de trois mois, je suis allée visiter un de ces nombreux endroits qui me faisaient très envie. Ceux qui me suivent sur Instagram le savent déjà, et en lisant le titre de l’article, ce n’était pas très difficile: je suis allée visiter les carrières de lumières aux Baux de Provence. Et pas que! C’est ce que je vous invite à enfin découvrir aujourd’hui avec moi!

Suivez-moi, on remonte le temps!

Dimanche 21 juin 2020

Avant 7h30

J’ouvre mes cadeaux avant de partir pour passer la journée aux Baux de Provence comme nous l’avions décidé une semaine avant! Super, mes parents et mon copain m’ont offert un téléobjectif! Je vais pouvoir le tester le jour même!

Allez en route, mauvaise troupe!

Légèrement avant 9h

On passe par la Camargue, on contourne Arles, avant de s’enfoncer dans les Alpilles. On s’arrête pour que je puisse prendre cette photo, afin de tester mon nouveau bébé:

9h

On se gare sur le parking des Carrières des Baux de Provence. On a de la chance, le parking est presque vide, on fait partie des premiers. Nous avions pris rendez-vous pour le créneau de 9h30, le premier de la journée. Il nous reste une demi-heure, on en profite pour petit-déjeuner face aux roches blanches et calcaires caractéristiques du massif des Alpilles. Une jolie vue encore, n’est-ce pas ?

Après avoir attendu quelques minutes, nous voilà rentrés dans les carrières, la raison principale de notre venue. A noter qu’avec la crise sanitaire, il faut impérativement réserver ses places en avance, se munir d’un masque qui sera obligatoirement porté tout le long du spectacle en intérieur, et votre température sera prise à l’entrée. Bon à savoir: munissez-vous d’un gilet ou de quelque chose pour vous couvrir, il y fait assez frais (15 degrés environ).

Nous étions les premiers, j’ai pu en profiter pour faire quelques photos des carrières totalement vides. Plutôt impressionnant, qu’en pensez-vous ? Deux minutes plus tard, le spectacle se lançait, sur les murs, le sol, tandis que les spectateurs rentraient peu à peu dans les carrières. Au début, il faut s’habituer à marcher tout en ayant tout qui bouge autour de soi, on en perd l’équilibre, mais au bout de quelques minutes, on s’y habitue très bien ! Vous avez différents endroits pour vous asseoir si vous le souhaitez également.

Parlons des spectacles qui ont lieu cette année : Dalí, l’énigme sans fin et Gaudí, architecte de l’imaginaire. Le premier, celui sur Dalí, revient sur de nombreuses œuvres qu’il a réalisé, ainsi que sur sa carrière à l’internationale. Ce ne sont pas moins d’une trentaine de minutes qui sont consacrées à Dalí, grand peintre surréaliste. Ses œuvres les plus emblématiques sont mises en lumière, sur fond musical du groupe Pink Floyd, afin de faire ressortir les questionnements métaphysiques de Dalí, ainsi que son imaginaire énigmatique.

Le deuxième, sur Gaudí, est un spectacle d’une dizaine de minutes. On se retrouve plongé à Barcelone, tantôt sur un air de flamenco, tantôt sur une musique plus religieuse. On découvre la Sagrada Família, on est immergé à l’intérieur de la cathédrale, on découvre le Parc Güell, les différentes casas réalisées par Gaudí… Un vrai voyage en terre catalane, et dans l’univers de l’architecte.

Deux spectacles vraiment géniaux ! Je connais pas mal les œuvres de Dalí à force d’avoir visité les différents lieux qui l’ont inspiré. Mais ça, je vous en reparle dans un prochain article…;) Concernant Gaudí, je le connais un peu pour être déjà allée à Barcelone, et la projection était très chouette, ça m’a bien donné envie de retourner faire un tour à Barcelone pour en découvrir beaucoup plus !

Maintenant, j’aimerais beaucoup retourner aux carrières de lumières pour assister à un spectacle sur l’impressionnisme, mon courant de peinture favori !

Je vous recommande vraiment les spectacles des carrières de lumières, tant pour leurs sujets si vous êtes intéressés par la peinture, que par leur beauté. Ce sont de magnifiques spectacles audiovisuels et immersifs qui méritent de se développer encore plus à l’avenir ! Et les Carrières de Lumières font partie des précurseurs en la matière.

De plus, le lieu est vraiment impressionnant : le spectacle a lieu dans les anciennes carrières des Baux de Provence, là où on venait extraire la pierre blanche et calcaire caractéristique des Baux.

C’est cette pierre, extraite ici-même, qui donna naissance au village des Baux, ainsi qu’à son château. Les carrières ont été exploitées jusqu’en 1935. On y trouvera également du bauxite, utilisé pour l’extraction de l’aluminium. Monument naturel, les carrières sont très appréciées depuis toujours par les artistes, qui y trouvent l’endroit parfait pour créer. En 1977, les carrières deviennent support de projection de photographies, signalant le début d’un enjeu culturel autour de ce lieu singulier. Un tour de maître qui permet à la fois d’allier patrimoine culturel, industriel et naturel !

A l’extérieur, vous pourrez assister à un petit film d’une dizaine de minutes sur Jean Cocteau, qui a réalisé Le Testament d’Orphée, son dernier film, aux carrières, où il joue un rôle aux cotés de personnes de renom…

Les carrières de Lumières permettent un joli voyage dans le temps, sur fonds musical et artistique.

Photo argentique

Suivez-moi, on monte au village !

11h

Après avoir garé la voiture juste en contrebas du village, nous avons admiré la vue sur les Alpilles, grandiose ! On a également une jolie vue sur le château, qui nous domine. Nous avons marché un peu en bas de l’éperon rocheux, sur le chemin des Tremaïé ; nous nous sommes arrêtés au niveau de la chapelle et avons fait demi-tour pour marcher en direction du village.

Petit point historique avant de vous montrer le village des Baux de Provence.

Le plateau des Baux de Provence fut occupé… depuis la Préhistoire ! Notamment car il permettait d’observer les environs et les ennemis mais aussi car il permettait d’être protégé. D’ailleurs, le nom du village vient du provençal « bau », pour lieu escarpé… on comprend mieux pourquoi l’endroit était stratégique ! Des recherches archéologiques ont prouvées qu’une population agricole vivait ici dès le néolithique, et jouissait d’un environnement agréable.

À l’Antiquité, la pierre commence déjà à être exploitée, de manière commerciale. Au Xe siècle, les seigneurs des Baux apparaissent et sont donc à l’origine de la toute première ville fortifiée, ainsi que de son château, trois siècles plus tard. Le village connut une histoire mouvementée, empreinte de diverses guerres et rébellions. En 1480, les Baux deviennent propriété du Royaume de France.

Lors des guerres de religion, au XVIIème siècle, les Baux deviennent foyer et refuge des protestants, ce qui ne plaît pas au roi. Et maintenant, le village est classé parmi les plus beaux villages de France !

Le problème, c’est que le village est tellement attractif et touristique, qu’il en devient victime de son succès… On y trouve quelques boutiques artisanales, mais pour la plupart, il s’agira de boutiques que l’on retrouve déjà dans d’autres villes touristiques. Il manque cette démarche de préservation de l’authenticité du lieu, à mon sens. Le village en lui-même est très joli, les ruelles, les bâtiments et le château méritent vraiment de faire partie des plus beaux villages de France, mais, pour ma part, il perd de son charme en voulant « trop se vendre », et les monuments du petit patrimoine se retrouvent « dans l’ombre » des magasins. Et encore, nous avons eu de la chance de visiter le village alors qu’il y avait « peu de monde » comparé aux autres années. Peut-être que nous l’apprécierons plus à une autre période de l’année ?

On retrouve dans le village de beaux édifices, notamment l’hôtel de Manville, la porte d’Eyguieres ou encore la fenêtre Post Tenebras Lux, vestige de la Renaissance.

Pour le repas, en partie en raison du covid, et de notre programme, nous avions apporté notre pique nique, que nous avons mangé avec vue sur les Alpilles et le château, un peu avant l’accès pour y entrer. Pas mal de vent, mais nous avions trouvé un petit coin près d’un arbre à l’abri du mistral ! Un repas très sympa, avec une très jolie vue !

On a vu un arc en ciel en forme d’ailes d’ange!

14h

Nous avons ensuite visité le château. Le ticket était groupé avec celui des carrières de lumières, mais cette fois-ci, pas de créneau fixe et le port du masque n’était pas obligatoire (maintenant, il l’est). J’ai bien aimé la visite du château, et surtout sa vue ! Après, les pierres y sont assez glissantes, et il y a pas mal de vent, faites attention !

baux84Le château est situé sur un rocher, et domine le vallon d’Entreconque, dont les paysages sont superbes comme vous avez pu le constater dans les photos précédentes! Il appartenait à la famille des Baux. Au XIIe siècle, les guerres Baussenques éclatent, suite à un conflit d’héritage du à la nouvelle appartenance de la Provence… à la Catalogne !

Des travaux sont ensuite effectués, pour améliorer la forteresse. Les seigneurs des Baux sont ensuite à la tête de pas moins de 79 endroits en Provence, appelées les terres Baussenques. Impressionnant !

En 1426, la lignée des seigneurs de Baux s’éteint, avec leur dernière héritière, Alix des Baux.

16h

Avant de partir des Baux de Provence, un arrêt à la table d’orientation ( disparue quand nous y étions, mais heureusement, pas la vue!), vaut clairement le détour !! J’avais repérée cette adresse sur le blog d’Adeline, On met les voiles, et je n’ai pas été déçue !

Un panorama juste sublime sur le village s’offre à vous d’un côté, au milieu du parc naturel régional des Alpilles, et de l’autre, une vue sur le Mont Ventoux au loin ! Juste splendide !

16h30

Dernier arrêt rapide au moulin de Daudet, sur la route du retour. Situé à Fontvieille, un autre village à proximité, le célèbre moulin des Lettres de mon moulin, qui a inspiré Alphonse Daudet pour cet ouvrage, notamment pour « Le secret de maître Cornille », histoire qui nous replonge directement dans la Provence d’antan.

Pour vous garer sur le parking à côté, cela vous coûtera quelques euros… Apparemment, il existe un autre parking, plus loin, et qui est gratuit !

Vous pouvez également visiter l’intérieur du moulin, pour deux euros par personne. Vous avez également une balade autour de divers moulins qui débute juste ici. Une prochaine fois peut-être !

En rentrant, j’ai d’ailleurs relu quelques histoires de cet ouvrage ! Si vous ne l’avez pas déjà lu, je ne peux que vous le recommander !

Une petite journée aux Baux de Provence qui m’aura bien donné envie de découvrir de plus près les Alpilles… lors d’une randonnée ! Affaire à suivre ! Découvrir d’autres villages aussi me plairait bien, ainsi que revenir pour une prochaine exposition aux carrières de lumières.

Merci encore à mes proches pour le téléobjectif, qui me permet depuis plus de trois mois maintenant de me perfectionner et surtout de m’amuser encore plus en photo!

Des idées sur le prochain endroit de ma liste que j’ai visiter? Cela ne devrait pas être très dur si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vu que je viens d’y emménager!

Mis en avant

Carnet de bonnes adresses – Montpellier

Vous ne le savez peut être pas encore, mais j’ai quitté Montpellier, pour poursuivre mes études en master dans une autre jolie ville (suspense, suspense…) Ce n’est pas sans tristesse bien sûr que je quitte Montpellier, mais bon, ce ne sont pas de réels adieux vu que je vais y retourner aussi régulièrement que possible…!

Bref, avant de partir, j’ai eu l’idée de compiler en un carnet d’adresses sur mon blog tous les endroits que j’ai pu testé ces dernières années, que ce soit des restaurants ou des boutiques que j’affectionne- je vous en ai déjà partagé certaines sur mon Instagram ( si vous ne me suivez pas déjà, c’est le moment!) ; parce que oui ça fait quand même une paire d’années que je teste plein de restaurants ou autres lieux sur Montpellier et j’ai mes petits chouchous à force! En effet, j’ai toujours habité à proximité de Montpellier, et même si je n’y suis pas née, ça restera toujours une ville très chère à mon cœur. Montpellier, c’est un peu mon point d’ancrage, et elle est remplie de doux souvenirs… 

Ceci est un carnet d’adresses que je vais étoffer au fil du temps – pour le moment, il n’y a qu’une petite partie de mes adresses préférées!

Mes adresses food

Pour un brunch et pour le goûter
  • Bonobo : J’adore cet endroit que j’ai découvert grâce à une copine: leurs brunchs sont délicieux, mention spéciale pour les toasts d’avocats au houmous violet! Leur chocolat chaud est trop bon, et leurs pâtisseries? Amazing! Petit plus pour le layer cake à l’oreo! L’ambiance y est aussi plutôt chouette, ici les serveurs viennent de tout horizons et communiquent entre eux en anglais; la déco est également sympa, on retrouve des peluches du fameux bonobo accroché à des lianes et un grand tableau sur lequel noter ses aspirations futures. 
  • lesbeatnikmodernes1Les Beatnik modernes: Une de mes adresses phares, que j’ai fais découvrir et aimer à toutes mes copines ^^ À la base venue pour un rapide petit déjeuner il y a bientôt un an, j’y suis allée finalement régulièrement toute l’année: entre les cookies au chocolat noir et à la fleur de sel, les brownies fondants, le carrot cake, les pancakes au pain d’épice, les milkshakes hyper copieux et les brunchs délicieux… j’ai vite adhérer ahah! Ambiance fin des 50’s prônant la convivialité autour d’un bon café 🙂
Pour le goûter
  • Citron: Un endroit plutôt sympa, avec une jolie décoration vintage. Vous pouvez déguster vos patisseries dans un joli patio. J’y suis allée une seule fois pour le moment, après avoir repéré l’adresse depuis plusieurs mois et j’ai jeté mon dévolu sur un cheesecake caramel vanille hyper onctueux et un bon pichet de citronnade! Pour sûr, une adresse que je garde en mémoire, et que je vous recommande également. 
Pour le petit déjeuner et pour le goûter
  • Le Petit Moulu: Tout en bas de la rue de l’université se cache cette petite pépite! Endroit parfait pour prendre un petit déj ou un goûter tout en travaillant au calme à l’étage, vous pourrez notamment manger des muffins, de bons pancakes, ou encore des cookies, parmi de nombreuses autres possibilités, et siroter un thé, un café ou un jus de fruit. Pour le petit déjeuner, il existe même plusieurs formules! De quoi ravir vos papilles!
Restaurants italiens
  • Don Peppino: Découvert grâce à mon copain, ce lieu est devenu également un de mes incontournables! De bons produits, notamment les fromages, et un cadre super joli, avec vue sur la cathédrale Saint Pierre. Sur place, vous pouvez manger dans une cave voûtée. Les meilleures pizzas? La normande et la quatre fromages! 
Cuisine du monde
  • Le Puja

Avec son petit frère, le Punjab, ouvert plus récemment, le Puja est un de mes restaurants préférés: une cuisine délicieuse et épicée, mélange entre cuisine indienne et mauricienne. La décoration sur place donne tout de suite le ton, sans être too much, et vous transporte directement à plusieurs centaines de kilomètres! Je vous recommande les naans au fromage, le poulet Puja et le chicken tikka massala. En plus, c’est très copieux, on en a au moins pour deux repas!

Glaciers
  • La Banquise: le spot pour une glace artisanale, avec des produits locaux, de saison, et délicieux! Gros coup de cœur pour ce glacier aux parfums souvent originaux! Mes préférées: abricot et framboise/mascarpone.
Crêperies
  • Bourbon Crêperie : Adresse que j’ai pu testé grâce à un concours gagné il y a quelques mois, je ne peux maintenant plus m’en passer! De bonnes crêpes, bien fournies, qui ne vous laisseront pas sur votre faim! Ma préférée? La New Orleans, pour ses épices cajun. De plus, les prix sont vraiment abordables! Si vous ne connaissez pas, c’est le moment d’y aller! 
Bar à tapas
  • Les enfants rouges: Une adresse que j’adore pour sortir entre copines! Une ambiance hyper sympa, des bons mojitos, et surtout de la bonne nourriture! Le best? Le camembert rôti au miel, les frites avec leur sauce délicieuse et les nachos à tremper dans du guacamole! En plus, le restaurant s’est agrandi assez récemment!
Bars à jeux
  • gametaverne1La Game Taverne : Je ne pouvais pas ne pas en parler… Ici, on y va surtout pour les parties de loup-garou du vendredi soir, connues dans tout Montpellier, animées avec passion dans une cave voûtée!  En dehors de ça, vous pouvez aussi jouer entre amis à un jeu de société dans les autres salles. Et puis surtout on y fait des rencontres plutôt sympas 😉 
  • Les Castors: Le personnel est adorable et explique très bien les règles des jeux, ils sont là pour vous conseiller sur vos choix de jeux pour vous faire passer une très bonne soirée, le cuisinier fait de bons petits plats, les cocktails sont sympas et ils organisent des soirées à thème; par exemple, à Halloween, il y avait un conteur, Taliesin, qui était venu pour raconter des histoires qui vous font dresser les cheveux sur la tête. Ils organisent des soirées Meurtres et Mystères, Harry Potter, etc… J’aime beaucoup le concept, et c’est toujours avec plaisir que j’y retournerais!
Pour un repas sur le pouce
  • O Bretzels: ma cantine de cet été dès que je ne pouvais pas rentrer chez moi ^^ Ils font évidemment des bretzels, qu’ils soient natures ou garnis de chèvre miel par exemple ( mes préférés depuis le lycée!), mais aussi des petits sandwichs dans un pain hyper bon: vous en avez pour tout les goûts. Il y a également des salades, et surtout des petits sandwichs sucrés… Si la question est, est-ce que je prenais un dessert à chaque fois, la réponse est évidement oui. 

Mes boulangeries préférées

  • La boulangerie rue Jean Jacques Rousseau : Une institution! Tout le monde s’y presse au moment de la pause de midi, soit pour chercher du pain, soit pour son repas du midi. Et ici, vous ne serez pas déçus! La qualité et la quantité sont là… pour des prix très corrects! Mes coups de cœur : les grandes tartines pour 2,40 euros, que ce soit chèvre miel, chèvre lardon, chorizo poivrons… Les pâtisseries sont aussi très bonnes!

Mes librairies préférées

  • La Géosphère: Alors déjà, j’adore le fait qu’une librairie entière soit consacrée au thème du voyage! Mais en plus, les libraires sont toujours d’excellents conseils, que ce soit pour des cadeaux, ou pour des commandes plus spécifiques! J’adore y faire un tour, et repartir avec deux trois livres sous les bras. Mes derniers achats? Mes bouquins pour mon master et un guide de randonnée! J’aime beaucoup aussi le fait qu’il y ait des paquets mystères, même si je n’ai encore jamais tenté l’expérience!

Mes boutiques préférées

  • pommedereinette1Pomme de reinette : Un incontournable! Si vous cherchez un endroit pour acheter un cadeau, vous trouverez certainement une idée ici! Lieu qui fera rêver les enfants comme les grands, les salles du magasin sont organisées par thématiques: l’espace, magie, jeux de sociétés, petits personnages, maisons réduites, puzzles… Un endroit pour rêver et retomber en enfance!
  • Images de Demain: Un endroit que j’adore! On y trouve de tout: des bougies, de jolis carnets, des posters, des bibelots en tout genre, des tasses, des mappemondes… une vraie caverne à Ali Baba! 

J’espère que ce petit carnet d’adresses vous sera utile pour découvrir plus amplement Montpellier!

                                                                                                                                                    Lola

Mis en avant

Que faire lors d’un court séjour à Grasse?

Hello! On se retrouve pour parler de Grasse, la jolie ville parfumée à la rose.

Nous sommes parties à Grasse avec ma meilleure amie il y a de ça trois ans, pendant trois jours au mois de juillet. Ce séjour à Grasse était le cadeau de sa part pour mes 18 ans, et il fut à l’origine plus ou moins de la création d’un duo de voyageuses qui ne pourraient plus se passer de partir découvrir de nouveaux endroits et d’avoir constamment la bougeotte ! Elle avait tout planifié pour rendre ce séjour parfait, et on a même réussi à faire plus que ce que nous avions prévu de base ! C’était la première fois qu’on partait toutes les deux  et dans le train du retour, on parlait déjà d’autres aventures un peu partout en France pour l’année suivante et #spoileralert on partait pour un road trip en Italie un an plus tard et à New York l’été suivant ! En vrai, en écrivant tout cela, ça me paraît un peu fou ! Nos baccalauréats en poche, on partait donc pour une première aventure qui allait nous donner encore plus le goût du voyage!

Maintenant cette introduction achevée, je vais vous parler de Grasse et de ce qu’on peut y faire en deux trois jours sur place. Suivez la guide!

Pourquoi visiter Grasse?

Pour son joli centre historique chargé d’histoire et pour ses parfumeurs de renommée mondiale. Grasse, c’est une ville qui sent le Sud, on sent qu’on est proche de la Côte d’Azur, mais elle reste plus secrète, plus confidentielle, au milieu de ses montagnes. On y va pour en apprendre plus sur la fabrication du parfum, ou pour passer quelques jours loin du tumulte de la côte, pour jouer au Casino, ou pour profiter du micro-climat très agréable. Grasse est une ville de passage ; d’ailleurs, il n’y a qu’a y faire un tour le soir, les rues sont plutôt calmes ! Pourtant, elle vaut vraiment qu’on s’y arrête, le temps d’un court séjour. C’est une ville où on prend le temps de vivre. Située idéalement entre mer et montagnes, Grasse a tout pour plaire.

L’histoire de Grasse connaît un tournant majeur lorsque la parfumerie devient une vraie industrie au milieu du XVIIIe siècle. À la base, c’était pour masquer les fortes odeurs des peaux que les tanneurs ont introduit le parfum. Cela a permis à Grasse de devenir la capitale mondiale de la parfumerie ; la classe !

Grâce au microclimat, et au terrain argilo-calcaire, des roses d’une qualité exceptionnelle poussent chaque année à Grasse. La centifolia, qui éclot au mois de mai, est utilisée en parfumerie pour son odeur de qualité. Elle est d’ailleurs célébrée tous les ans depuis 1971 au mois de mai lors de l’événement ExpoRose.

Comment venir à Grasse? Et comment se déplacer dans Grasse?

Il faut savoir que nous sommes allés à Grasse en train, et donc que depuis Montpellier, il faut prendre deux trains pour aller à Grasse ; la correspondance s’effectue à Marseille. La vue depuis le train est juste sublime et moi qui adore les voyages en train, j’étais d’autant plus émerveillée par les paysages de bleu azur que l’on pouvait apercevoir sur notre chemin ! On a pris le train jusqu’à Cannes car à cette époque, la gare de Grasse était en rénovation, et on a fait Cannes- Grasse en taxi. Pour le retour, nous avions pris le bus depuis Grasse jusqu’à la gare de Cannes. Vous pouvez donc assez facilement trouver un train ou un train + un bus pour rejoindre Grasse depuis chez vous.

Pour circuler dans Grasse, je vous recommande le bus, qui vous emmènera facilement dans les endroits dont vous avez besoin. A savoir que pour se déplacer dans le centre historique, il n’y a pas de transport, tout se fait à pied, et c’est bien mieux comme cela ! D’ailleurs, le centre historique reste assez petit, il fait la taille d’un grand village, c’est donc d’autant plus agréable de ne pas être embêté tous les trois mètres par un bus ou une voiture.

Où dormir?

Nous logions dans la résidence Le Virginia, que nous avons beaucoup apprécié. Nous avions une chambre qui s’apparentait plus à un petit appartement : deux lits une place, salle de bain, toilettes séparés, un espace salon salle à manger cuisine, avec tout le nécessaire pour cuisiner et une petite terrasse sur lequel on prenait notre petit déjeuner le matin. De plus, nous avions accès à une piscine avec vue sur Grasse au loin ! La résidence est située en contrebas du centre historique ( comptez quinze minutes à pied pour y aller). Un arrêt de bus se situe à trois minutes de la résidence, ce qui vous permet de rejoindre le centre-ville de Grasse ou partir pour Cannes par exemple. Je vous recommande vivement cet endroit pour rester sur Grasse, si vous souhaitez y passer plus d’une nuit.

10 Traverse Dupont.

Où manger?

Lors de notre séjour, nous avons testé quelques adresses dont je vais vous parler plus amplement.

Si vous avez envie de manger une pizza, vous pouvez aller manger à la pizzeria Bella Napoli, qui propose des pizzas pas mal du tout! 

14 boulevard du Jeu de Ballon.

grasse29Chez Délicatesses de Grasse, idéalement situé sur la place aux Aires, vous pourrez déguster une planche de fromages et d’autres mets du Sud comme de la tapenade par exemple. Idéal pour une soirée entre amis, avant de découvrir le centre-ville de nuit.

3 place aux aires.

 

 

 

grasse27

 

Pour le dessert, le goûter ou sans aucune raison (toutes les excuses et non-excuses sont valables!), le glacier Angel’Ice sera parfait pour une pause gourmande : au programme, glace à la rose, à la violette ou encore au jasmin, parmi les autres parfums plus basiques. Mon coup de cœur du séjour : le mélange rose-violette, un délice !

6 Rue Jean Ossola.

 

grasse35Nous avions également fait un pique-nique dans le jardin des plantes Jardival, un petit square juste en contrebas du centre historique, ou encore dégusté des crêpes à un food truck sur le marché sur la place du Cours Honoré Cresp. Nous avions aussi mangé dans le centre un midi mais impossible de retrouver le nom du restaurant ! Vous pouvez aussi acheter une fougassette, spécialité grassoise à base de fleur d’oranger, dans une boulangerie, ou tester le chocolat aux éclats de rose de la Maison Duplanteur.

Que faire?

Je vais vous parler ici de ce que nous avons eu le temps de faire… et comme vous pouvez le voir, nous avons fait pas mal de choses !

Visite de la ville 

Le centre historique à pied : Vous pouvez vous promener dans les petites rues de Grasse, et faire un arrêt à la Cathédrale Notre-Dame du Puy de Grasse, ainsi que faire un arrêt sur les nombreuses places de la ville : Place aux Aires, Place du Grand Puy, Place du 24 août, Place aux Herbes… Depuis la place du 24 août, vous aurez une jolie vue sur la ville en contrebas et sur le paysage grassois. Vous trouverez également dans le centre-ville beaucoup de petites boutiques sympathiques. Je vous recommande de faire un tour à Grasse le soir également, l’ambiance n’est pas du tout la même, seuls quelques touristes décident de séjourner à Grasse, la plupart n’y viennent que pour la journée ; vous croiserez donc essentiellement des locaux venus boire un verre en terrasse ou manger une pizza ! Le centre historique est charmant, et on ne peut pas se méprendre avec les jolies couleurs des maisons, on est bien dans le Sud!

Le petit train touristique : Au départ de la place du Cours Honoré Cresp, vous pourrez monter à bord de ce petit train jaune touristique, qui vous permettra de découvrir le centre historique de Grasse en 35 minutes environ. Une bonne idée pour démarrer sa visite de la ville ! Il permet une bonne découverte de la ville de Grasse et de ses principaux points d’intérêt. Idéal quand on arrive sur Grasse, et qu’on n’a pas encore déambuler dans les rues. Le petit train passe même par des petites rues du centre où il faut se reprendre à deux fois pour manoeuvrer ! Vous profiterez des commentaires sur l’histoire de la ville avec l’audioguide compris dans le prix. De plus, le chauffeur et le monsieur qui s’occupe du train étaient très sympathiques.

Balade guidée sur les traces de Grenouille : la raison pour laquelle on était parti précisément à Grasse, c’était en référence à Grenouille, antihéros emblématique du roman Le Parfum par Süskind. Si vous ne connaissez pas, pour faire court, l’histoire se passe au XVIIIe siècle, à l’époque de l’essor du parfum, et le roman suit les pas d’un jeune homme, Grenouille, qui devient un tueur en série afin de prélever sur le corps des jeunes femmes qu’il tue, l’essence de leurs corps, dans le but de créer LE parfum parfait par excellence. En tant que nez, il est donc tout naturel qu’il vienne à Grasse pour se mesurer aux meilleurs parfumeurs et apprendre leurs techniques. L’année précédent notre séjour à Grasse, nous avions travaillé sur ce chef-d’œuvre de la littérature; il apparaissait donc normal de s’y intéresser lors de notre séjour sur Grasse!

L’office de tourisme de Grasse organise des visites guidées dans le centre historique de Grasse, afin de retracer son parcours, les rues qu’il a emprunté, les endroits les plus importants du roman, etc… On en apprend donc plus sur l’œuvre, mais également sur l’histoire de Grasse en tant que ville de renommée mondiale pour ses parfums. Une visite qui fait froid dans le dos… mais aussi hyper enrichissante, que ce soit en terme de patrimoine ou en terme littéraire et culturel. Même si vous ne connaissez pas Le Parfum, je pense que cette visite peut vous intéresser car elle est très bien documentée, et la personne qui en fait la visite lit des extraits du roman. Et puis, rassurez-vous, Grenouille n’a pas réellement existé, il n’est que fiction, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles !

 

Sur le thème du parfum :

Le Musée International de la Parfumerie : Une visite quasi obligatoire lors de votre passage sur Grasse. S’il y a bien une chose à visiter, c’est ce musée très ludique qui vous apprendra tout de A à Z sur l’histoire du parfum, sa fabrication, les différentes essences utilisées, ses usages et les différents designs du parfum à travers le temps ! Je me souviens avoir été surprise par la grandeur du musée : plusieurs étages, avec de grandes pièces organisées par thématiques. On retrouve sur notre parcours beaucoup d’explications, des petits films sur Grasse et le parfum, ainsi que des interactions olfactives ( je me souviens encore de certaines odeurs très désagréables comme si c’était hier!) A l’époque, il y avait une très chouette exposition sur Christian Dior, Esprit de Parfums ; nous avions pu découvrir les célèbres robes que l’on voit fréquemment dans les publicités pour les parfums Dior, ainsi que ses créations olfactives. Une visite très intéressante et complète. Prévoir minimum deux heures pour tout le musée.

Atelier fabrication d’un parfum chez Molinard : Vous êtes venus à Grasse pour le parfum ? Et pourquoi ne pas créer votre propre parfum, un parfum qui vous correspondra parfaitement et que vous aurez réalisé de A à Z ? C’est ce que j’ai eu l’opportunité de faire il y a trois ans, et depuis, je porte quasiment toujours ce parfum! Le mien s’appelle Grenouille Violette (le nom est bien évidemment une référence à Süskind, mais aussi parce que j’adore la violette ) : de la violette, des notes de dragées pour le côté sucré, et quatre autres ingrédients que je garde secrets…( il faut bien un peu de mystère, n’est-ce pas?)

Quoi de plus stylé que répondre « c’est moi qui l’ai fait ! », quand on nous demande « c’est quoi la marque de ton parfum ? » ?? Une fois que votre premier flacon est terminé, vous pouvez le recommander : lors de sa création, vous noterez les doses, ainsi que le nom et la référence, et après, ce sera très simple de pouvoir le recommander !

On apprend plein de choses sur la création d’un parfum, on est accompagné pour choisir des ingrédients qui iront les uns avec les autres, on crée dans un vrai atelier de parfumeur…Vraiment mon expérience coup de cœur !

Les jardins du Musée International de la Parfumerie : Faisant partie du MIP dont je vous ai parlé plus tôt, les jardins qui se trouvent à Mouans-Sartoux, un village à côté de Grasse et accessible en bus, permettent d’admirer diverses variétés de fleurs, dont des roses, qui ont fait la renommée de Grasse. A la sortie, vous trouverez une petite boutique avec des produits artisanaux, notamment à base de rose. Une visite agréable si vous restez plus qu’une journée à Grasse ! La meilleure saison pour visiter les jardins est évidemment au printemps. Beaucoup d’événements y sont organisés tout au long de l’année.

Dégustation

Maison Duplanteur : Pour changer un peu du parfum, et parce qu’il y a d’autres manières de s’approprier la rose, pourquoi ne pas participer à un atelier mêlant visite et dégustation à l’atelier du chocolat de la Maison Duplanteur ? Une référence sur Grasse, la Maison Duplanteur vous expliquera tout : de la fève de cacao à la confection du chocolat devant vos yeux et surtout jusqu’à la dégustation ! Vous repartirez certainement avec plusieurs sachets remplis de bons chocolats. Testez le chocolat aux éclats de rose ou violette, juste divin !

Tradition

Musée Provençal du costume et du bijou : Un petit musée gratuit abritant de jolies collections de costumes du XVIIIe à fin du XIXe siècle.

Art

Musée Fragonard : En l’honneur du peintre Jean-Honoré Fragonard, enfant du pays grassois, ce petit musée dans un hôtel particulier dont l’entrée est libre abrite également une collection de peintures de deux autres peintres grassois Marguerite Gérard et Jean-Baptiste Mallet.

J’espère que cet article vous aura donner envie de découvrir Grasse au moins le temps d’une journée ! Parler de ce séjour et revoir toutes ces photos m’a rendu un peu nostalgique de notre team de voyageuses de choc… Cela me donne encore plus envie de reprendre la route ! A bientôt, pour de nouvelles aventures !

Mis en avant

Randonnée au Pic Saint Loup

Et voila, on l’a fait: on a gravi le Pic Saint Loup! Enfin! Depuis le temps qu’on en parlait de le faire!

L’ascension avait été retardée pour de multiples raisons: déjà, une histoire de confinement, vous en avez peut-être vaguement entendu parler; une voiture aux abonnés absents; un manque de temps et d’énergie; mais aussi la peur d’une trop forte chaleur durant l’ascension. D’ailleurs, la randonnée est vraiment déconseillée en cas de forte chaleur, et je comprends bien pourquoi !

Mais ça y’est, on s’est enfin décidé à enfiler nos chaussures de randonnée pour de bon. Quelques jours avant le jour J, j’avais décidé que ce serait le 17 juin: il n’y avait rien pour nous faire hésiter ou renoncer, c’était LE moment. On avait enfin une voiture à notre disposition (merci Papa!), du temps devant nous, et surtout très envie de nature! Alors quand le mercredi 17 juin, le réveil a sonné à 7h45 ( outch!), et que le ciel bleu était éclatant, on ne pouvait plus reculer! Alors, hop, un café, un jus de fruit, les sacs à dos et le pique-nique dans le coffre, nous voilà sur la route direction Cazevieille, là où la célèbre randonnée pour monter au Pic Saint Loup débute. Après environ trente minutes de route, et avoir vu le Pic nous faire de l’œil à travers la vitre, nous voilà empruntant de plus petites routes, avant d’arriver à Cazevieille et de passer par le lieu dit “Le village”; on aperçoit quelques maisons en pierre comme je les aime tant: c’est sûr, en redescendant, il faudra y faire un tour! Mais pour l’heure, pas de temps à perdre; direction le parking, une fois “Le village” dépassé, où l’on va pouvoir laisser notre bolide avant la montée tant attendue. Et hop, les bentos dans les sacs, et hop le tartinage de crème solaire (#spoileralert ma petite peau de fragile n’a quand même pas résisté au soleil malgré le badigeonnage, et je suis rentrée avec un magnifique coup de soleil sur les épaules, yaaaas). Bref, nous voilà parti pour attaquer la montée.

Au sommet du Pic Saint Loup

Avant de vous parler de la suite, parlons un peu plus du Pic Saint Loup.

Le Pic Saint Loup, c’est le pic sacré des Montpelliérains, celui qu’on voit de toute part ou presque, il n’est jamais bien loin! Avec un dénivelé de 370 m depuis Cazevieille, il offre une vue splendide sur la région ! Au départ de Cazevieille, on aperçoit une tour sur le versant sud du Pic.

Tour de Cazevieille

Reprenons la randonnée. Donc il est 9h30, on commence à monter. Dès le début, la randonnée s’annonce plutôt coriace. Indiquée niveau moyen pour 6kms en 2h30, on comprend dès le départ que la difficulté va résider dans l’instabilité de nos pas. Les chemins, en montée, sont recouverts de cailloux qui roulent sous les pieds, et de pierres fissurées où il semble aisé de se tordre une cheville. Munissez-vous vraiment de chaussures adaptées…Quand je repense à certains qui montaient en petites baskets de ville, ballerines ou autres tandis que nous on redescendait… De plus, le chemin est assez escarpé, et à notre droite, par moment, on a le vide…mais aussi un paysage de fou nous offrant une vue déjà splendide sur le littoral.

Point de départ de la randonnée

Les vingt premières minutes, on monte vite. Trop vite, on s’épuise déjà. Mais c’est pas grave parce qu’on a le remède miracle: des pains au chocolat face à une superbe vue face à la mer, aux étangs, et à Montpellier. Quoi de mieux pour bien repartir?

picsaintloup41

À savoir que c’est par la façade sud que nous grimpons, le chemin de randonnée le plus emprunté. Lors de la montée, on ne croise presque personne. À un moment, alors que nous sommes à peine requinquer par le petit déj, on croise un monsieur qui lui descend le pic en courant. On se sent bien nuls face à lui. On continue, on progresse à un bon rythme tout en faisant quelques pauses pour boire ( heureusement, il ne faisait pas trop chaud, nous avions même droit à une légère brise!)

Un dernier arrêt avant de ne continuer qu’en montée, coup d’œil au GPS: “on arrive dans 16 minutes, déjà? Il n’est même pas 10h30”; on avait prévu d’arriver en haut avant midi pour le repas. On a donc monté le pic assez vite, à un rythme plutôt bon, même si au début on s’est trop fatigué d’un coup.

Avant la dernière étape, un panneau nous indique “ montée escarpée“ : ayez les mains libres, vous allez en avoir besoin pour prendre appui sur les pierres qui sont parfois plus hautes et difficiles d’accès. De plus, la pierre est polie à force d’endurer les pas des randonneurs, elle est donc glissante. Cette montée un peu difficile dure environ un quart d’heure avant d’atteindre enfin le sommet.

Arrivé tout en haut, on est accueilli par une chapelle et un panneau qui raconte la légende du Pic Saint Loup. En résumé, au XIe siècle, trois frères, Loup, Guiral et Clair, tombèrent amoureux de la même femme qui vivait au château de Viviourès. Ne sachant pas se décider entre ces trois prétendants, elle leur dit d’aller en Terre Sainte et qu’elle épouserait celui qui aurait fait preuve de plus de bravoure que les deux autres. Quand ils revinrent dans la région, ce fut pour apprendre que leur bien-aimée venait de perdre la vie. Ils décidèrent tous trois de se consacrer dorénavant à l’amour de Dieu et de vivre chacun en ermite, sur trois sommets différents. Chaque année, à l’anniversaire de leur bien-aimée, ils allumèrent un feu, jusqu’à leur mort. Les habitants de la région renommèrent les sommets sur lesquels ils s’étaient réfugiés en leurs noms : le mont Saint Guiral dans les Cévennes, le Mont Saint Clair sur lequel se bâtit la ville de Sète, et le fameux Pic Saint Loup.

Sur le pic, la légende qui est écrite parle d’Alban et non de Clair, mais celle qui est le plus communément reprise est celle avec Clair ! Si quelqu’un a le fin mot de l’histoire de la légende, je serais ravie d’en savoir plus.

Sur un autre panneau, il est expliqué que le Pic fut créé il y a moins de 45 millions d’années, suite à un soulèvement des Pyrénées qui ont fait plisser les couches calcaires.

À partir de l’emplacement où on trouve habituellement la croix ( si vous ne le savez pas la croix a été arrachée le 11 mai, jour du déconfinement – ils vont bientôt en remettre une nouvelle), on a une vue magnifique sur les Cévennes, le Mont Aigoual et l’Hortus du côté nord, sur Sète, le littoral, Montpellier et les salins d’Aigues-Mortes du côté sud, et à l’est le Mont Ventoux au loin! J’étais vraiment charmée par la vue, et comme vous pouvez voir sur les photos, je ne mens pas, c’était vraiment sublime!

On a fait le tour pour voir les différentes vues, j’ai pris plein de photos, et on a fini par manger en regardant la vue sur la mer qui nous manquait tant! En tout, on sera resté presque deux heures en haut, on a bien profité de la vue ! J’avoue que je ne comprends pas trop ceux qui s’embêtent à monter pendant plus d’une heure pour y prendre trois photos et repartir aussitôt…Ah et s’il vous plaît ! Faites bien attention une fois en haut : comme plusieurs panneaux le rappellent plusieurs personnes sont décédées ici, les falaises sont trop escarpées alors s’il vous plaît faites attention à vous, on a vu trop de gens qui ne faisaient pas assez attention !

Vue côté littoral
L’Hortus
Moi admirant la vue
Versant ouest du Pic

Planeur survolant le Pic

Vers 12h30, on a commencé à redescendre. La descente est plus rapide, mais il faut faire attention aux pierres lisses qui glissent ! Et la descente fait assez mal aux genoux. Allez, courage, on y est presque ! picsaintloup55

À la fin, au premier croisement, au lieu de rejoindre le parking, on prend la direction du village par la garrigue afin d’aller le visiter. Le village de Cazevieille est très mignon et très petit. Le centre se tient sur une seule rue où vous trouverez de vieilles maisons en pierre, une boulangerie, des cavistes, la mairie, la chapelle et un restaurant. En redescendant, on avait très très soif alors quand on a vu qu’il y avait un restaurant en extérieur avec une vue et un cadre hyper sympa, on était ravi ! Le restaurant s’appelle La Bonne Franquette, et on comprend pourquoi en s’y arrêtant ! De toute manière, vous ne pourrez pas le louper ! Les restaurateurs sont très agréables, et les prix sont vraiment abordables : un euro le verre de sirop, et trois euros la crêpe au chocolat ! Une pause hyper agréable après la randonnée, et on n’était pas les seuls à être ravis par ce spot !

Après, on a retraversé la garrigue pour retourner au parking, et récupérer la voiture. Sur le chemin, on a fait un arrêt au domaine viticole de Peyrus. Malheureusement (pour nous!), on est arrivé le jour de l’embouteillage, le jour le plus important et probablement le plus stressant pour les viticulteurs ! Nous n’avons donc pas pu faire une dégustation de vin, mais nous avons pu repartir avec une bouteille que j’ai acheté pour mon père, après s’être fait bien conseillé. On reviendra !

Le domaine de Peyrus

Si comme nous, vous avez encore l’après-midi devant vous, vous avez plusieurs options qui s’offrent à vous dans le coin : soit vous visitez tranquillement un ou deux villages dans le secteur (je vous conseille les villages de Notre Dame de Londres et de Saint Martin de Londres!), soit vous partez pour une deuxième randonnée ( je vous conseille celle du Ravin des Arcs qui est juste sublime!), ou alors, vous faites comme nous et vous cherchez un spot pour vous baigner ! Nous, on a choisi d’aller se rafraîchir aux alentours du pont d’Issensac. L’eau y est très fraîche, et le courant fort, mais pour se rafraîchir juste les gambettes après la rando, c’est trop agréable ! Surtout quand on est presque seuls et qu’on a un spot trop bien pour nous !

En conclusion, c’était une super journée, et une superbe randonnée, le genre de journées dont tu n’as pas envie qu’elle s’arrête, le genre de journée où tu as l’impression d’être en vacances, d’être là pour quelques jours… mais non, il est 17h30, il faut déjà rentrer… c’est le genre de journées auquel je repenserais dans quelques temps avec mélancolie…

Mis en avant

21 endroits que je rêve de voir en France

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire (21 juin), et plus précisément mes 21 ans (outch je veux pas vieillir, au secouuuuuurs), et donc je me suis dis que c’était l’occasion parfaite pour vous sortir cet article un peu différent et plus personnel. Vu que durant l’été, je prévois de découvrir un peu plus la France ou du moins ma région, j’ai pensé qu’écrire un article sur le sujet pourrait à la fois vous permettre d’avoir des idées, vous permettre de me connaître un peu plus mais aussi pour moi de poser à l’écrit cette petite bucket list de France. Bien sûr, je pourrais trouver bien plus d’endroits que j’aimerais découvrir, mais j’ai décidé de me limiter à 21… pour mes 21 ans le 21 juin ! Il y a peut-être des endroits que vous serez étonnés de ne pas voir dans cette liste : c’est soit que je les aurais déjà vu ou alors qu’ils sont plus loin dans ma liste d’envies ! Cette liste est personnelle.

Sur le Pic-Saint-Loup, l’Hortus en fond – 17 juin 2020 (encore 20 ans pour quelques jours)

Au début du mois, je ne sais pas si vous vous en souvenez pour ceux qui me suivent sur Instagram, je vous ai demandé votre endroit préféré en France. C’était pour m’aider et m’inspirer à rédiger cette liste d’endroits que j’aimerais beaucoup voir, en France. Merci à ceux qui ont participé, et avec qui j’ai pu échangé sur vos lieux préférés, vous pourrez peut-être retrouver votre lieu préféré dans cette liste de souhaits !

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture !

Dans un champ de blé en Provence, juillet 2017 (18 ans)
Ma liste (dans le désordre)
  1. Le château de Versailles: Un endroit que je rêve de découvrir depuis toute petite ! Je suis allée plusieurs fois à Paris mais je n’ai jamais trouvé le temps d’y inclure la visite de Versailles… il va falloir y remédier !
  2. Les jardins de Monet à Giverny: Un des endroits que j’ai le plus envie de voir en France. J’adore les tableaux de Monet et l’impressionnisme en général, alors découvrir ce lieu qui lui était cher et dans lequel il puisait son inspiration pour ses tableaux me plairait énormément !
  3. Les falaises d’Etretat: Un incontournable de la Normandie ! Certainement que beaucoup d’entre vous les ont déjà admirés, mais moi je ne suis jamais allée dans ce coin là de France… what a shame ! Cela a l’air si beau en plus, que ce soit Etretat ou la Normandie en général.
  4. Le Mont Saint Michel: Un autre incontournable de la France, que je ne connais pas non plus. Il faut vraiment que je m’organise un road-trip en Bretagne et Normandie ! Il y a tellement de belles choses à découvrir dans ces régions…
  5. Châteaux de Chenonceau, Fontainebleu et Chambord: Pour rêver et se prendre pour une princesse le temps d’une visite. Si vous ne le savez pas, j’adore visiter des châteaux, mais je n’ai jamais visité de château datant de la Renaissance. Les châteaux de la Loire étant une référence dans le domaine, j’aimerais beaucoup pouvoir visiter au moins un de ces 3 châteaux.
  6. La Rochelle: Née en Charente-Maritime, j’adorerais en découvrir plus sur ma région de naissance que je connais si peu ! Et la Rochelle est la ville portuaire pleine d’histoire que j’aimerais beaucoup découvrir…
  7. L’île de Ré : Juste en face de la Rochelle, l’île de Ré qui est très aimée des touristes est une île que j’aimerais beaucoup aller visiter ! Les maisons sur l’île ont l’air trop mignonnes. J’aimerais beaucoup découvrir l’île lors d’une balade à vélo.
  8. Bordeaux: Une ville que j’aimerais beaucoup découvrir, pour son patrimoine…et son vin! En plus, les Bassins de Lumière viennent d’être inaugurés et ça me donne tellement envie de les arpenter!
  9. La Dune du Pilat: Un endroit où j’ai failli aller il y a très longtemps, et que depuis j’ai très envie de voir pour de vrai ! Ce sera comme une version agrandie des dunes de l’Espiguette ahah !
  10. Le cirque de Gavarnie : Un cirque naturel dans le massif montagneux des Pyrénées qui semble grandiose ! Une randonnée incontournable au bon goût d’aventure !montsaintodileRandonnée du mur Païen, Mont Saint Odile, Alsace. Août 2019 ( 20 ans)
  11. Rocamadour: Un village plein de charme, en bord de falaise. Je suis sûre que cette cité médiévale située dans la vallée de la Dordogne me plairait énormément !
  12. Le Cirque de Navacelles: Un endroit proche de chez moi qui a l’air magnifique, mais que je n’ai pas encore eu la chance de découvrir… C’est pas faute d’en parler mais sans voiture, c’est un peu compliqué de s’y rendre ! En tout cas, le jour où j’irais enfin, j’ai très envie d’y faire une randonnée.
  13. Les carrières de lumières aux Baux de Provence: Là aussi un endroit qui me fait envie depuis de nombreuses années, surtout depuis mon week-end en Provence il y a 3 ans, à l’occasion de mes 18 ans, pour découvrir les champs de lavande. Nous n’avions pas eu le temps de découvrir les Baux de Provence et encore moins de visiter les carrières de lumières, mais c’est définitivement un endroit que je rêve de visiter, tout simplement parce que j’adore la peinture, et que cet endroit a l’air juste magique !
  14. Les îles de Porquerolles: Elles ont l’air tellement sublimes, avec leurs plages de sable fin et leurs eaux turquoises ! Cela me donne vraiment envie de m’y baigner, et juste de profiter !
  15. Gorges du Verdon: Lors d’un séjour en Provence, j’ai pu voir de haut le Lac de Sainte-Croix et les Gorges du Verdon, mais j’aimerais beaucoup les voir de plus près, y faire des randonnées et m’y baigner !
  16. Menton: Lors de mon road trip en Italie, on avait traversé la frontière en passant par Menton évidement, et cette ville avait l’air magnifique, très coloré, avec un air de vacances qui nous faisait déjà envie !
  17. Calvi: Lieu de vacances préféré de mes grands-parents paternels, j’adorerais pouvoir suivre leur trace en découvrant cette ville et enfin aller sur l’île de beauté dont tout le monde m’a tant parlé en bien.
  18. Bonifacio: Tout au sud de la Corse se trouve cette magnifique ville, avec sa citadelle médiévale perchée et ses plages sublimes digne des plus belles îles paradisiaques !
  19. Cirque de Mafate: Beaucoup plus loin, sur l’île de la Réunion, un magnifique paysage qui nous offre plein de possibilités de randonnées ! 
  20. Le parc naturel régional des volcans d’Auvergne: Un autre endroit auquel j’ai déjà failli aller plus jeune ! J’aimerais tellement y aller pour être entourée de vert et de volcans!
  21. Les Hospices de Beaune: Un endroit qui a l’air très beau ! Emblème de la Bourgogne, cet hôpital aux allures gothiques saura certainement me charmer !
Dans une forêt dans le Sud de la France, juillet 2016 (17 ans)

Et vous ? Quels sont les endroits que vous voulez absolument découvrir en France ? Dites moi votre liste personnelle en commentaire ! 🙂

Moi, je m’en vais visiter aujourd’hui un de ces endroits pour fêter mon anniversaire… à votre avis, je vais où ?:)

Mis en avant

Découvrir la Vallée de La Buèges et le Sud des Cévennes en une journée dans l’Hérault

Peut-être que lorsque vous avez cliqué sur cet article, vous étiez intrigués et que vous ne saviez pas de quoi il s’agissait encore. Ou alors vous cherchiez quoi voir dans le département de l’Hérault, pour sortir des sentiers battus. Vous êtes ici au bon endroit !

La Vallée de la Buèges se situe dans le département de l’Hérault, plus précisément dans l’arrière-pays. Elle s’appelle ainsi dû à sa rivière, la Buèges, qui la traverse. La vallée fait partie des communes du Grand Pic Saint Loup. Souvent méconnue contrairement à Saint Guilhem Le Désert qui se situe à quelques kilomètres de là, la Vallée de la Buèges a pourtant de jolies richesses à offrir, que ce soit culturelles, culinaires, sportives ou encore en terme de paysages. Parfait pour se ressourcer !

Nous sommes allés y faire un tour avec mes parents et mon copain à l’occasion de la Journée Paysanne, qui avait lieu le dimanche 9 février à Saint-Jean de Buèges, ce qui explique donc l’ambiance hivernale et quasi mystique des photos que je vous présente dans cet article. Je suis sûre que la vallée a une apparence beaucoup plus bucolique en période estivale.

Je vais donc vous présenter les endroits que j’ai visité lors de cette fameuse journée d’hiver, qui font partie de la Vallée de la Buèges, mais aussi d’autres endroits à proximité qui font partie du Sud des Cévennes ( je vous explique pourquoi cette précision plus loin dans l’article).

La Vallée de la Buèges

Saint-Jean de la Buèges

Il s’agit d’un village typique languedocien dominé par un château au cœur du massif de la Séranne. Ce dernier servait au Moyen-Âge de poste de surveillance, puis de défense, avant de servir au XVIIIe siècle de carrière de pierres.

Le château de Baulx fut restauré à partir de 1990 et continue d’être entretenu par une association, les Compagnons de Tras Castel, qui y organisent divers événements tout au long de l’année, et notamment des visites en été.

La Journée Paysanne propose un marché paysan, avec beaucoup d’exposants, vendant fromages, charcuterie, truffes, fougasse d’Aigues-Mortes, paniers en osier… On pouvait manger sur place également, avec plusieurs stands qui proposaient burgers, tartines, truffade… Cependant, on a trouvé juste cela dommage que les producteurs ne soient pas plus locaux.

Il y avait également des démonstrations de cochons qui cherchaient des truffes, des expositions photos, une exposition sur les étiquettes de bouteilles de vin… Une journée mettant à l’honneur les traditions et la gastronomie.

Dans le village, il est agréable de se promener au niveau de l’église romane et d’arpenter les petites rues, dont celle qui monte au château.

A l’occasion de la Journée Paysanne, le château de Baulx était ouvert l’après-midi, mais comme nous sommes venus le matin, nous n’avons vu que la partie extérieure dont son jardin qui se situe dans la cour basse. De là, on peut monter vers le Roc de Tras Castel ( le pic « derrière le château), qui offre un beau panorama sur le village. Quand nous y sommes allés, l’ambiance était plutôt mystique, avec un sorte de brouillard. En plus, le  commentateur de la fête parlait dans un micro, ce qui résonnait contre les parois du pic, tandis qu’en bas il commentait les actions d’un cochon à la recherche de truffes, ce qui provoquait une ambiance très particulière, assez angoissante même, car en étant en haut du village, on ne savait pas de quoi il parlait, sa voix était déformée, mais cela donnait un esprit assez comique également !

Saint André de Buèges

Il s’agit d’un petit village, tout proche de Saint Jean de Buèges. On s’est juste arrêté pour voir de l’extérieur l’église qui est une église romane. Le village est dispersé sur 14 hameaux ou mas. Au niveau de l’église, lorsque nous y sommes allés, il n’y avait pas âme qui vive.

Sud des Cévennes

Pont de Saint Etienne d’Issensac et l’ancien prieuré Saint-Étienne d’Issensac

À quelques minutes de Saint André de Buèges, vous pouvez apercevoir le bel ouvrage du Pont de Saint Etienne d’Issensac, datant du XIVe siècle. Le pont était traversé par les pèlerins qui souhaitaient rejoindre Saint-Jacques de Compostelle, en passant par Saint Guilhem le Désert, étape importante dans la région pour les pèlerins.

Le pont fait partie de la commune de Brissac dont je vais vous parler plus amplement après.

Pour avoir une vue sur le pont, garez-vous au parking de l’aire de baignade ( aménagée en été). Si vous voulez accéder au pont et le traverser, je vous conseille de vous arrêter et vous garer avant de l’apercevoir, en suivant le fleuve de l’Hérault, et de rejoindre à pied le pont sur lequel vous aurez une jolie vue sur les gorges de l’Hérault. En été, cet endroit me semble agréable pour se rafraîchir, même s’il faut faire attention au courant qui peut être assez fort.

Vous pourrez ensuite traverser le pont afin de rejoindre la chapelle romane partiellement détruite.

On découvre les vestiges du prieuré dans lesquels on peut se balader, un cimetière et une bâtisse qui servait potentiellement de lieu d’accueil pour les pèlerins du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Néanmoins, faites attention, surtout avec de jeunes enfants, en accédant à la partie supérieure du prieuré, qui n’est pas protégé. Il est également possible de visiter la chapelle sur demande.

Brissac

Le village de Brissac, traversé par l’Avèze, est séparé en deux parties : Brissac-le-Haut et Brissac-le-Bas. Géographiquement, le village de Brissac ne fait pas partie des Cévennes, mais se situe au sud de cette chaîne montagneuse ; on est toujours dans le département de l’Hérault, mais Brissac est presque à la limite avec le Gard et est très proche de la ville de Ganges, la porte du sud des Cévennes, expliquant donc que Brissac fasse partie de la communauté de communes du Sud des Cévennes.

Tout d’abord, nous avons choisi de commencer par Brissac le Haut. Vous trouverez un parking pour vous garer. Vous pourrez marcher dans les petites rues du village avant de rejoindre le château, qui domine le village mais qui ne se visite pas. Il s’agit d’une propriété privée, qui sert également de gîte familial. Prenez garde au chien qui annoncera votre présence à grands renforts d’aboiements, ne soyez pas surpris !

A Brissac-le-Bas, vous trouverez assez facilement une place pour vous garer au niveau de la mairie, avant de jeter un œil à l’intérieur de l’église de style roman languedocien de Saint-Nazaire-et-Saint-Celse-de-Brissac, classé monument historique. Enfin, direction l’agréable parc de Brissac, avec ses arbres majestueux et sa jolie noria, lieu de départ de promenade. Regardez moi ces jolies nuances de vert !

brissac16

Et voilà, c’est tout pour ces jolies découvertes dans le nord de l’Hérault ! J’espère que cet article vous aura plu, et qu’il vous aura fait découvrir des endroits que vous ne connaissiez pas. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié cette journée hivernale loin de la foule, qui m’a donné l’impression d’être parti plus loin que ce que je connaissais déjà. Et au printemps ou en été, cette région doit être très agréable !

Mis en avant

Où partir en France ? 5 idées de destinations pour cet été

Voyons le positif, cet été va être le moment parfait pour visiter plus notre territoire, souvent délaissé au profit d’autres pays, plus exotiques. Pourtant, je vous promets qu’on peut tout autant s’évader en France
La France offre une diversité en terme de paysages, d’histoire, de patrimoine, de culture, de gastronomie, d’art…plutôt exceptionnelle ! Alors, pourquoi ne pas profiter de cet été pour découvrir un nouveau coin de France ?

Dans cet article, je vais vous parler de 5 destinations où j’ai beaucoup aimé passer des vacances.

1. Le Pays Basque

Le Pays Basque, c’est l’endroit parfait pour aller à la plage, manger de la bonne nourriture, visiter des petits villages typiques trop mignons ou encore pratiquer le surf !

J’y suis allée il y a quelques années (en automne) sur cinq jours, et chaque journée était différente tellement les choses à faire et à voir sont variées ! Je vous recommande de visiter à la fois la côte basque mais aussi les villages plus de l’intérieur, qui sont plein de charme !

Vous pouvez commencer votre visite par exemple par Bayonne, réputée pour ses fêtes en plein mois d’août, et vous imprégnez de la culture basque en visitant le musée basque et de l’histoire de Bayonne. Sur la côte, cap sur St Jean de Luz et Biarritz pour profiter de la plage. Ne manquez pas à Biarritz la promenade qui mène au rocher de la Vierge. Vous cherchez les meilleurs spots pour surfer ? Direction Guéthary, plus tranquille, mais avec tout autant de charme ! Lors de votre séjour, si vous aimez les châteaux, vous ne serez pas déçus, notamment par une visite au château Abbadia situé à Hendaye, face à l’océan. Vous vous intéressez à la littérature ? Faites un détour à Cambo-les-Bains qui abrite la Villa Anarga, ancienne demeure de Cyrano de Bergerac. Envie de vous balader dans de mignons petits villages ? Direction Ainhoa et Espelette ! Avec leurs maisons à colombages rouges et blanches, ces petits villages que l’on découvre après plusieurs kilomètres de voiture valent clairement la visite !

Où manger de la cuisine du terroir ? Au Pays Basque, s’il y a une chose qui est sûre, c’est qu’on mange bien et qu’on sait recevoir ! Vous pourrez vous régaler autour d’une table à Guéthary, au Bar Basque, où vous pourrez déguster tapas et plats de saison à base de produits locaux. Le mot d’ordre au Pays Basque : convivialité !

Les souvenirs à ramener: du fromage basque, du piment d’Espelette, de la confiture de cerise noire

Ainhoa

2. La Provence

La Provence, c’est une région que j’adore ! Je vous en ai déjà parlé dans un précédent article, mais j’aime beaucoup trop cette région ! Et pourtant, j’en ai vu si peu mais j’en garde un si bon souvenir.

J’ai adoré me promener dans les petites rues pleine de charme de Gordes, un des villages les plus visités du Lubéron, et pour cause ! Il fait partie du classement des plus beaux villages de France. L’abbaye Notre-Dame de Sénanque, en contrebas, est superbe au milieu de son champ de lavande ! Un musée à visiter ? Le musée de la Lavande à Coustellet pour connaître le sujet sur le bout des doigts. Pour rester dans le thème, direction les grands et célèbres champs de lavande de Valensole ! Pour pouvoir prendre sa photo au milieu de la lavande, il va falloir s’armer un peu de patience. Envie de prendre de la hauteur ? Direction le joli village de Moustiers-Sainte-Marie. Idéalement située à proximité des Gorges du Verdon et offrant une vue remarquable sur le lac de Sainte Croix en contrebas, le village connu pour sa faïence fait également partie du classement des plus beaux villages de France ! Munissez-vous de bonnes chaussures pour gravir les marches qui mènent jusqu’à la chapelle Notre-Dame de Beauvoir, surplombant le village.

Où manger de la cuisine du terroir? A Moustiers-Sainte-Marie, arrêtez-vous le temps du déjeuner au restaurant Le Jadis. Situé dans une petite rue passante en plein cœur du village, vous pourrez y déguster de bons produits, notamment du fromage et des salades composées très bonnes. N’hésitez pas à goûter la glace à la lavande et celle au calisson, elles sont délicieuses !

Les souvenirs à ramener : de la lavande, du savon de Marseille, de l’huile d’olive, des cigales décoratives ( pour avoir toujours l’impression d’être en Provence, même à la maison)

Moustiers-Sainte-Marie

3. La Savoie

Envie de se mettre au vert et de manger de bons fromages ? Direction la Savoie, dans le massif des Alpes françaises !

J’y ai passé deux semaines il y a de nombreuses années et j’avais adoré ! Ce qui est bien avec la montagne l’été, c’est qu’il y a énormément d’activités à faire, et il fait bien plus frais que sur la côte ! Vous pouvez pratiquer la randonnée, vous baigner dans un lac, découvrir la fabrication de votre fromage préféré ou encore vous promener dans de jolis villages.

Lorsque nous sommes allés passer ces vacances d’été à la montagne, nous logions au Belambra de la station des Saisies. Les Saisies, station idéale pour des vacances en famille, offrent vraiment beaucoup de possibilités pour passer un super moment ! Nous avions pu assister à une fête de village qui regroupait artisanat et savoir-faire, voir les vaches paître paisiblement dans les champs, déguster de bons plats savoyards, goûter des glaces au lait de montagne, ou encore faire un tour au lac en bas de la station. Peut-être que vous aurez la chance, contrairement à moi, de faire la rencontre de marmottes, en montant au Mont Bisanne, à quelques minutes du village des Saisies. Vous avez envie d’une activité originale ? Pourquoi ne pas tenter la luge d’été ? Si vous ne connaissez pas, il s’agit d’une luge sur rails ; en gros, un manège que l’on peut contrôler en terme de vitesse comme bon nous semble grâce à un système de freinage. Une activité vraiment sympa ! Si vous voulez découvrir la région, j’ai plusieurs endroits que j’ai beaucoup aimé à vous recommander. Tout d’abord, Annecy, un incontournable. Vous pouvez vous balader dans le centre historique d’Annecy qu’on appelle la petite Venise des Alpes en raison de ses nombreux canaux, vous baigner au lac face à un paysage remarquable, mais aussi visiter la commune d’Annecy-le-Vieux qui borde le lac. Également, vous pouvez aller à Chamonix ( Haute-Savoie) pour prendre le train pour monter à la Mer de Glace, et avoir une vue exceptionnelle sur le Mont Blanc. Pensez à prendre un pique-nique avant de monter, mais surtout à jeter vos déchets avant de redescendre… Si vous avez envie d’en savoir plus sur la vie « d’avant » en Savoie, direction l’Ecomusée de la Combe de Savoie qui se trouve à Grezy sur Isère. Là-bas, vous trouverez des reconstitutions de maisons savoyardes typiques, des salles de classes, des mises en scène de métiers artisanaux… tout cela sur 20 bâtiments ! Il y en aura donc pour les goûts de tout le monde. Le village d’Hauteluce, voisin de la station des Saisies, propose également un petit écomusée, mettant en valeur le patrimoine de la vallée du beaufortain. A Hauteluce, vous pourrez également admirer le clocher à bulbe de l‘église baroque St Jacques d’Assyrie, lui ayant valu d’être classé monument historique. Enfin, je vous recommande de vous rendre au lac de Roselend, que vous pouvez voir sur la photo. Un endroit superbe, où il est très agréable de pique-niquer. Le lac possède un barrage, qui permet d’alimenter une centrale. Il s’agit d’ailleurs du quatrième plus haut barrage de France. Vous pourrez y pratiquer la pêche ou la randonnée.

Où manger de la cuisine du terroir ? Chez La Bergerie, aux Saisies, qui propose entre autres fondue savoyarde et énormes tartines délicieuses.

Les souvenirs à ramener : fromage, charcuterie, une peluche marmotte

Lac de Roselend

4. L’Alsace

Vous devez le savoir maintenant si ça fait un petit moment que vous me suivez, j’adore l’Alsace ! Et la première fois que j’y suis allée, c’était justement l’été dernier. Alors, je vais essayer de résumer pour vous donner envie de découvrir cette magnifique région ! Vous pouvez aussi lire les autres articles où j’en parle, dans la rubrique Alsace.

Une visite immanquable, c’est la ville de Strasbourg, notamment sa cathédrale et le quartier de la Petite France. Si vous aimez visiter des villages, et boire du vin, la route des vins est faîte pour vous ! Je vous recommande les villages d’Eguisheim, Kaysersberg, Riquewihr et la ville de Ribeauvillé qui se situent sur la route des vins et qui ont tous énormément de charme. Personnellement, j’ai eu un coup de cœur pour le village de Kaysersberg, avec son château, sa vue sur les vignes, et sa rivière qui traverse le village. Sur la route des vins, vous pourrez vous arrêter chez un caviste pour goûter différents vins alsaciens, notamment le Gewurztraminer, le Riesling et le Pinot gris. À Colmar, vous pourrez découvrir la Petite Venise ou vous croire aux États-Unis devant la réplique de la statue de la liberté : de quoi vous faire voyager hors de France temporairement! Envie de découvrir des châteaux ? Direction l’incontournable château du Haut-Koenigsbourg, château fort médiéval le plus célèbre d’Alsace ! Si vous cherchez des châteaux, et que vous aimez marcher, je vous recommande les châteaux de Haut-Andlau et du Spesbourg. Ils sont accessibles en voiture, mais la balade à travers la forêt donne beaucoup plus de charme à la visite ! Si vous avez encore envie de nature et de randonnée, je vous recommande la randonnée du mur païen pour monter au Mont Saint-Odile, qui est vraiment superbe ! Et si vous voulez encore plus de randonnées, direction les crêtes vosgiennes, qui séparent l’Alsace et la Lorraine. Je vous conseille notamment de faire une randonnée dans le secteur du Hohneck, mais avant de partir à l’aventure, munissez-vous de bonnes chaussures ( on oublie les baskets de la vie de tous les jours, type converses, et on privilégie de bonnes baskets, voir des chaussures de randonnée!) car la randonnée sera loin d’être une promenade de santé !

Où manger de la cuisine du terroir ? A Colmar, au restaurant Le Fer Rouge qui propose des caquelons de spaetzles au munster fondu.

Les souvenirs à ramener : du vin et du munster.

Eguisheim

5. La Camargue

On termine par le coin le plus proche de chez moi : la Camargue. La Camargue, c’est les flamants roses, le soleil, les remparts et les salins d’Aigues-Mortes, les taureaux, les chevaux galopant dans l’eau, la grande plage de l’Espiguette ( toute mon enfance!), les glaces fondues, les mouettes, le sable dans les cheveux, les moustiques, les étangs, la fougasse… Tant de raisons qui font que la Camargue pourrait vous plaire! Bon ok, sauf peut-être les moustiques aha! À cheval sur les départements du Gard et des Bouches-du-Rhône, la Camargue est riche en traditions, et en paysages !

Lors de vos vacances, vous passerez certainement dans la jolie ville médiévale fortifiée d’Aigues-Mortes. Vous pourrez gravir les remparts afin d’avoir une vue sur les célèbres salins d’Aigues-Mortes avec leurs eaux roses. Si vous voulez manger une glace tout en vous baladant en bord de plage, direction Le Grau du Roi, où vous trouverez de nombreux restaurants et boutiques. Vous pouvez également vous rendre à Port-Camargue, premier port de plaisance d’Europe. Si vous cherchez où vous baigner, j’ai l’endroit parfait : la plage de l’Espiguette, là où j’ai fais mes meilleurs châteaux de sable et où j’ai adoré jouer dans les dunes quand j’étais petite ! C’est toujours un plaisir d’y retourner, la plage est très grande et sauvage, j’adore l’ambiance que dégage cet endroit ! Bien sûr, il y a quand même du monde, mais moins que sur les plages du Grau-du-Roi ou de Port-Camargue… Un petit coin de bonheur protégé, de 10 kms de sable! Pour rentrer plus dans la Camargue telle qu’on se l’imagine, et apercevoir des taureaux, chevaux camarguais ou autres, un détour par la Tour Carbonnière saura vous subjuguer !

Où manger de la cuisine du terroir ? Je n’ai pas de bonne adresse à vous donner, car très souvent, on prend un pique-nique. Mais vous pourrez facilement trouver où manger du hachis camarguais!

Les souvenir à ramener : du sel de Camargue, une peluche taureau ou flamant rose (ou les deux!), du riz.

Salins, avec la ville fortifiée d’Aigues-Mortes au fond

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura donner des idées d’évasion… en France. Je pense qu’avec le contexte actuel, il est d’autant plus important de soutenir le tourisme français, que ce soit les hôtels et restaurants auxquels on peut penser au prime abord, mais je pense également aux sites patrimoniaux et culturels, surtout les moins touristiques, qui risquent de voir leurs portes se fermer définitivement, ou du moins, de manquer d’argent pour effectuer les rénovations nécessaires. Avoir l’opportunité de découvrir plus la France ne devrait pas être vu comme une privation, mais comme la possibilité de pouvoir profiter de notre beau pays un peu plus. La liste que je vous ai proposé est bien sûr exhaustive. Chaque région mérite d’être visité, et il s’agit ici d’une liste de régions qui m’ont plu et que j’ai déjà visité ! Pour ma part, j’aimerais visiter dans le futur la Bretagne, les Pyrénées, les châteaux de la Loire et la Côte d’Azur, mais il y a plein d’autres endroits que je rêve de voir, et je suis ouverte à toute découverte ! Et même sans partir, on peut faire de très belles découvertes dans son propre département, à quelques kilomètres de chez soi !

Et vous, vous allez partir où cet été ? Quel endroit rêvez-vous de découvrir en France ?

Vue depuis le lac de Roselend, Savoie.

Mis en avant

Lyon en hiver : que voir en quelques heures ?

On se retrouve pour un article sur Lyon! Le week-end du 10 au 12 janvier, je suis allée passer 48h à Lyon. Pas vraiment partie pour visiter la ville mais c’était l’occasion d’y refaire un petit tour au passage ( j’y suis allée au printemps dernier) et de faire découvrir la ville à mon copain par la même occasion.

Se rendre à Lyon

Niveau transport, à l’aller, j’ai pris un Flixbus depuis Montpellier, qui m’a coûté 14,99 euros, m’amenant à la gare Perrache en trois heures quarante. Pour le retour, nous sommes rentrés en train depuis la Gare Part Dieu jusqu’à la Gare Sud de France : comptez environ une heure trente ! Niveau prix, cela avait dû nous coûter moins de vingt euros chacun.

Se déplacer une fois sur place

Pour vous déplacer sur place, je vous recommande l’application TCL : il s’agit de l’application sur laquelle vous pourrez retrouvez les horaires des différentes lignes du réseau de transport lyonnais. Indispensable donc de la télécharger !

Je vous recommande également grandement d’acheter le pass 24h, 48h ou 72h suivant la durée de votre séjour, qui est très pratique car il vous permet de prendre les transports en illimité pour pas très cher. Pour 48h, le pass vous coûtera douze euros et vous pourrez utiliser autant de fois que vous voulez les transports en commun : tramways, métros, bus et même les funiculaires, dont celui qui mène à la basilique de Fourvière ! Vraiment très pratique et rentable.

Se loger

Si comme nous, vous voulez vous loger un peu à la dernière minute et pour pas trop cher ( j’ai dû réserver juste deux semaines avant), je vous recommande le site Airbnb ! En quelques clics, j’ai pu trouvé un charmant petit studio situé à deux pas de la Croix-Rousse et à dix minutes à pied du Parc de la Tête d’Or. Pour deux nuits, on a payé un peu moins de 100 euros. L’appartement était très bien équipé et très bien situé, et à proximité de plusieurs lignes de bus, dont l’une qui dessert le centre et l’autre qui desservait la gare Part-Dieu. On avait également accès à une traboule, spécialité architecturale de Lyon, pour rejoindre plus rapidement les transports.

Le point info : Mais Lola, c’est quoi une traboule ? Il s’agit d’un passage piéton qui permet de se rendre plus facilement d’une rue à une autre, mélangeant escalier et cour d’immeuble, en principe couvert. Ces passages un peu secrets ont été mis en place au fil du temps à Lyon, permettant de faciliter les déplacements pour les échanges commerciaux. Les traboules racontent et font partie de l’histoire de Lyon, n’hésitez pas à les rechercher une fois sur place.

Pour le coup, la traboule de notre studio était moderne, rien qui ne vaille le coup d’être pris en photo, mais très pratique pour se déplacer ! Et d’ailleurs, il est maintenant tant d’aller visiter Lyon ! Alors, on va où ?

Vendredi

Après avoir posé nos bagages dans le studio, le premier soir, on est juste allé au belvédère du Gros Caillou, qui se situe dans le quartier de la Croix-Rousse. On a dû marcher une vingtaine de minutes pour y arriver, et sur place, on était un peu déçu finalement, parce que j’avais vu qu’on pouvait voir les Alpes depuis là mais comme la nuit commençait à tomber, on les apercevait un peu mais pas bien. Je pense qu’on a la vue sur les Alpes que par temps clair ! Et puis, on a une vue sur Lyon, mais que sur le Lyon moderne, c’était donc un peu décevant.

groscaillou1

Mais pourquoi le Gros Caillou, au fait ? Tout simplement parce qu’on y retrouve un gros rocher en plein milieu d’une place. Plutôt étonnant, n’est-ce pas ? C’est devenu le symbole du quartier !

groscaillou2Ce belvédère se situe juste en haut des pentes de la Croix-Rousse ; si vous vous y rendez en journée, je vous conseille de vous balader par ici, avant d’attaquer la descente! Pas pour cette fois pour nous!

Le quartier de la Croix-Rousse était assez animé en soirée, beaucoup de familles habitent dans ce quartier plus calme et familial.

Samedi

Le matin, nous avons emprunté le pont Winston Churchill, qui traverse le Rhône et mène jusqu’au Parc de la Tête d’Or.

Nous avons acheté notre repas du midi à une boulangerie de l’enseigne Chez Jules, boulangerie lyonnaise, afin de le manger au Parc. J’avais pris en dessert une tarte à la praline, spécialité de Lyon, mais c’est vrai que en tarte, c’est un peu trop sucré ahah ! J’ai eu du mal à la terminer, et pourtant ceux qui me connaissent savent que j’adore ce qui est sucré (même peut-être trop, je plaide coupable).

On a visité la Grande Serre du Parc, c’était agréable de pouvoir se mettre au chaud en plein hiver ! Elle fut construite entre 1876 et 1880, quelques années après le Parc en lui-même et fut classée monument historique en 1982. Au total, on visite trois serres regroupant chacune différentes espèces selon la température de chaque serre, et chaque massif est classé par continent. Le Grand Dôme, par lequel on rentre, est aussi la plus grande serre : elle a un climat tempéré et c’est dans celle là que l’on retrouve le plus d’explications ludiques sur la serre, ses plantes, et des petits jeux sonores avec des instruments faits à partir de bambous entre autres. A gauche, il s’agit de la Serre des Camélias qui a un climat frais et accueille uniquement des plantes asiatiques. Et à droite, la Serre Pandanus a un climat tropical chaud, et il faisait plus humide, afin d’accueillir des espèces plus exotiques. On a pu voir des espèces de plantes très étonnantes, c’était sympa d’y faire un tour! Je vous recommande la visite si vous aimez les plantes, et d’autant plus en hiver, car ce seront les seules ou presque que vous verrez dans le parc !

Cette visite, tout comme le parc d’ailleurs, est gratuite.

Le Parc de la Tête d’Or en lui-même était un peu triste… en effet, tous les arbres avaient perdu leurs feuilles donc en comparant avec ma visite du printemps dernier, j’étais un peu déçue, étant donné que le parc est vraiment beau au printemps. Même les bassins et fontaines avaient étés vidés de leurs eaux. Un des points d’intérêt est le Parc aux Daims, ainsi que le pont au nord du parc qui a un air de forêt de séquoias des États-Unis.

Pour la visite du parc, comptez trois quart d’heure, une heure ; du moins, en hiver, parce qu’au printemps, vous aurez probablement envie de vous y arrêter plus longuement. Vous pourrez également faire un tour au zoo et au jardin botanique si le cœur vous en dit, ou vous prélassez sur la Pelouse de la Coupole ou celle des Ébats! On retrouve également plusieurs restaurants et buvettes au sein du parc (par contre, c’est le porte-feuilles qui va chauffer!) Sur le lac, vous pourrez faire du pédalo, de la barque ou du bateau. Vous pourrez préférer également faire le tour en rosalie pour découvrir le parc. Cependant, en hiver, les restaurants et embarcadères étaient fermés.

Savez-vous pourquoi le parc se nomme la Tête d’Or ? Il y a toute une légende autour de cela : les Croisés auraient enfoui à l’emplacement du parc un trésor, dans lequel se trouverait une tête du Christ en or. Juste avant la création du parc, une voyante fut engagée pour tenter de retrouver le butin… en vain ! On ne sait toujours pas aujourd’hui si la terre du Parc de la Tête d’Or abrite un réel trésor ou s’il s’agit d’une légende… toujours est-il que cette légende a bien fait parler d’elle et par la même occasion du parc.

parctetedor23

Inauguré la même année que Central Park à New York, en 1857, le parc avait pour vocation de « donner de la nature à ceux qui n’en ont pas », selon le préfet et maire de Lyon de l’époque, Claude-Marius Vaïsse. Plutôt réussi, n’est-ce pas ?

En fin d’après-midi, on s’est baladé depuis la place des Cordeliers, pour rejoindre le Vieux-Lyon à pied. Une petite balade d’un quart d’heure qui vous mène de l’autre côté de la Saône. Et oui, Lyon est traversé à la fois par le Rhône, mais aussi par la Saône, qui est un des affluents du Rhône.

Le quartier autour de la place des Cordeliers a une ambiance très animée, on retrouve de longues avenues avec beaucoup de magasins, cela ressemble à Paris : on sent que Lyon est une grande ville !

presqueile1

Empruntez la passerelle du Palais de Justice, qui a une architecture moderne et superbe de nuit, pour rejoindre le Vieux-Lyon !

vieuxlyon10

C’était très particulier de découvrir, ou redécouvrir dans mon cas, Lyon une fois la nuit tombée. C’était sympa, parce que l’ambiance était différente, plus festive.

presqueile2

Une fois arrivés dans le Vieux-Lyon, on a vu que la cathédrale Saint Jean Baptiste (juste Saint Jean pour les lyonnais!) était ouverte -la première fois je n’avais pas pu la visiter parce qu’elle était en travaux- donc j’ai pu rentré à l’intérieur cette fois-ci. Au moment où nous y sommes allés, une messe avait lieu, ce qui donnait un aspect plus particulier au lieu. La cathédrale fut le témoin en 1600 du mariage d’Henri IV et de Marie de Médicis. Devant la cathédrale, dont l’extérieur est magnifique, on retrouve le jardin archéologique avec une arche et des vestiges gallo-romains.

Après cette courte visite, nous avons pris le funiculaire (appelé la ficelle par les Lyonnais) à la station de métro « Vieux-Lyon- Cathédrale Saint-Jean » pour monter à la Basilique de Fourvière. L’attente est très courte ( moins de cinq minutes vers 18h), et la montée ne dure que trois minutes ! Très pratique si votre temps est limité ou si vous n’avez pas envie de monter à pied.

Quand nous sommes arrivés dans la basilique, une messe se déroulait donc on ne pouvait pas prendre de photo avant la fin, mais cela nous a permis de prendre le temps de s’asseoir pour admirer tout les détails sur les murs, les plafonds, et de nous imprégner de l’ambiance de ce lieu sain. De nuit, l’ambiance est, je trouve, aussi assez différente et particulière, rendant peut-être l’endroit encore plus beau. En tout cas, je fus d’autant plus frappée cette fois-ci par sa beauté et je ne fus pas la seule!

Dans la basilique, en bas, vous pouvez visiter la crypte, qui est un deuxième endroit de prière. Une crèche de Noël y était encore présente pour quelques semaines. Après la crypte, vous trouverez également une chapelle pour vous recueillir.

La Basilique de Fourvière, de style néo-byzantin, est inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco et on comprend bien pourquoi en s’y rendant! Surplombant Lyon depuis la fin du XIXe siècle, elle est l’un des symboles de la ville. A l’intérieur, elle est ornée de marbre, de granit rose, d’or, d’argent, d’onyx vert ou encore d’ébène et d’ivoire. Elle fut construite par les architectes Bossan et Sainte-Marie Perrin.

fourviere14

Je ne sais pas si vous le savez, mais Lyon possède sa propre tour Eiffel à quelques mètres de la basilique. Il s’agit en réalité de la Tour métallique de Fourvière, qui abritait à l’origine un restaurant et un observatoire. Aujourd’hui, il s’agit d’une tour de télécommunications.

Depuis le belvédère de la basilique, vous avez une vue totale sur Lyon. On voit très bien la place Bellecour, place principale de Lyon, là où vous voyez la grande roue, ainsi que les différents quartiers de Lyon et la Cathédrale Saint Jean-Baptiste.

On a ensuite repris le funiculaire pour redescendre dans le Vieux-Lyon, pour y manger.

Le quartier du Vieux-Lyon est vraiment charmant, les maisons sont colorées et même si le quartier est très touristique, on y retrouve une ambiance de quartier. A savoir que le Vieux-Lyon est assez petit, il ne se compose que de quelques rues, le plus intéressant se trouvant dans le secteur Saint-Jean. C’est sympa parce que c’est piéton et très joli, mais c’est dommage que ce soit si petit pour un quartier historique.

Le Vieux-Lyon est le quartier médiéval et Renaissance. On retrouve le jardin archéologique devant la cathédrale Saint Jean-Baptiste, de nombreux musées, maisons et hôtels particuliers, restaurants et de jolies traboules. 

Nous sommes allés jeter un œil à  « La Tour Rose ». Il s’agit d’une cour avec un escalier en vis dans une magnifique tour ronde, qui mène à diverses traboules et cours intérieures. 

Voici son adresse : Traboule « La Tour Rose 16 rue du Bœuf – 69005 Lyon 5ème

Après notre balade, on s’est mis ensuite en quête de chercher un restaurant. Malheureusement, même si la gastronomie fait partie à part entière de la culture lyonnaise, je n’ai toujours pas goûter un plat lyonnais. Il faut dire que même si les bouchons lyonnais ont l’air très sympathiques, beaucoup de plats sont à base de viande et je ne suis pas très fan, et surtout cela ne rentre pas trop dans mon budget étudiant ahah.

Les bouchons, ce sont des restaurants typiques lyonnais avec des spécialités comme les quenelles ou la cervelle de canut et décorés de nappes à carreaux blanches et rouges, de vieilles affiches, de mobilier en bois…

On a donc choisi de manger italien. La première fois, j’avais mangé dans un restaurant italien, La Trattoria de Saint Jean, et c’était très bon, donc j’ai proposé qu’on aille là-bas ! Ils font de très bons gnocchis au gorgonzola pour quatorze euros; le plat est très copieux. Mon copain, quant à lui, avait pris des pennes à la tomate qui étaient bonnes également. Je vous recommande vraiment cette adresse si vous cherchez un restaurant italien pour pas trop cher et dans le Vieux-Lyon. Les pizzas ont l’air aussi délicieuses !

Dimanche

On a rendu l’appartement avant de prendre le bus pour prendre le train à La Part-Dieu.

boulevarddesbelges

Notre train était à 13h40 donc on s’est arrêté au centre commercial en face de la gare pour acheter à manger. On est allé chez Bagelstein, une enseigne de bagels, comme vous pouvez vous en douter. Je ne connaissais pas du tout cette enseigne ; j’ai bien aimé la décoration de l’endroit, un mélange de vintage et de modernisme très savamment pensé, avec des articles de journaux, des blagues… On a pris des bagels au saumon avec un supplément avocat pour le mien ; ils étaient bons mais un peu petit. En dessert, mon copain avait pris un cookie et moi un brookie cœur caramel ( le caramel était de trop, c’était un peu écœurant).

On a ensuite pris le train quelques minutes plus tard, mettant donc déjà fin à notre découverte de Lyon. Alors, il est vrai que cette fois-là, on a pu faire un peu moins de choses que ce que j’avais fais la première fois, mais on avait pas forcément le temps et nous avions d’autres priorités personnelles. Mais je pense que ce ne sera pas ma dernière visite et je pense donc visiter plus une prochaine fois. Si vous aussi vous avez des bonnes adresses, des choses à me conseiller comme visites, c’est le moment 🙂

Peut-être à bientôt Lyon ? 😉

Mis en avant

Idées week-ends en amoureux en France et en Europe : où partir ?

La Saint Valentin approche, et peut-être que cette année vous avez décidé de déclarer votre flamme en emmenant l’élu(e) de votre cœur en voyage ? Peut-être d’ailleurs que vous n’avez pas encore de cadeau… Ou vous chercher tout simplement un endroit où passer un week-end en amoureux ? Cet article est fait pour vous !

Je vous ai concocté à l’occasion de la St Valentin une petite liste non exhaustive des endroits parfaits à deux. J’ai essayé de choisir des villes qui soient toutes assez facilement accessibles, que ce soit en terme de transport ou de prix ( à l’exception de Venise qui n’est pas donnée!) … et qu’elles puissent se visiter en un week-end!

Allez, c’est parti, suivez-moi !

En France

Et oui, des fois, pas besoin de partir bien loin pour être dépaysé et passer un bon moment ! En France, il y a des endroits bien bien chouettes, et surtout des endroits très romantiques !

La Provence de lavande vêtue

Les petits villages aux jolies maisons en pierre et aux volets bleus, le bleu du ciel, le chant des cigalles, les jolis marchés, les odeurs de fleurs et de cuisine…vous êtes bien arrivés en Provence ! Et quoi de mieux que s’y rendre lorsque la lavande est en fleurs ? Pour cela, il faudra y séjourner de fin-mai à mi-août, si vous voulez voir le fameux or bleu de Provence !

Pour votre escapade, je vous recommande de séjourner à Gordes, joli petit village provençal situé dans le Vaucluse, faisant partie des villages du Parc naturel régional du Lubéron. Vous pourrez vous promener dans le village et ses petites rues et vous y restaurer, avant de descendre à l’Abbaye de Sénanque pour une visite guidée. L’Abbaye Notre-Dame de Sénanque se situe en contrebas du village de Gordes ; il s’agit d’un monastère cistercien du XIIe siècle. Et au moment où la lavande est en fleurs, c’est vraiment magnifique ! Aujourd’hui, le monastère se visite même s’il est toujours habité.

Le lendemain, visite du musée de la Lavande à Coustellet (10 minutes en voiture de Gordes) : comptez une heure pour la visite, qui vous expliquera la production et la récolte de la lavande, ainsi que l’art de la distillation et les propriétés de la lavande. Ensuite, direction Valensole pour admirer les célèbres champs de lavande, pris d’assaut par les touristes ! Avant de terminer votre séjour, n’oubliez pas de goûter… à la glace à la lavande !

Gordes
L’Alsace et sa route des vins

Envie de découvrir l’Alsace ? Vous êtes plus nature et vous aimez le bon vin ? Direction la route des vins ! Serpentant sur près de 170 kms, la route des vins est à ne pas manquer lors d’un passage en Alsace… et c’est l’escapade idéale pour un week-end romantique au milieu des vignes !

Commencez votre week-end par Colmar. Très touristique, la ville de Colmar se situe sur le parcours de la route des vins et est spécialisée en particulier dans le Riesling et le Gewürztraminer, deux vins blancs très réputés. Promenez-vous dans les rues de Colmar, en particulier dans le quartier de la Petite Venice, quartier aux jolies maisons colorées pittoresques, traversé par La Lauch (rivière). Arrêtez-vous au restaurant Le Fer Rouge pour déguster un caquelon de spaetzles recouverts de munster fondu. Finissez votre visite de Colmar avant de reprendre la route vers Eguisheim, un peu plus au sud. Faites un tour dans les petites rues d’Eguisheim, rentrer dans la chapelle Léon IX et promenez vous dans les vignes, avant de passer la nuit dans le village.

Le lendemain, cap au nord ! Direction trois autres villages, qui sont tous très proches l’un de l’autre : Kaysersberg, Riquewihr et Ribeauvillé. A Kaysersberg, promenez-vous dans le village, monter au château du Schlossberg pour avoir une vue panoramique sur le village, rentrez dans une cour d’un souffleur de verre et prenez une bonne glace à la Table Alsacienne (boulangerie), pour la savourer les pieds dans l’eau de la rivière (La Weiss) au niveau de l’ancien lavoir, s’il fait assez bon.

A Riquewihr, faites le tour du village à l’intérieur des remparts, promenez-vous dans les ruelles moins envahies par les touristes, avant de rejoindre la rue Général de Gaulle, qui est la rue principale et la plus animée.

Enfin, à Ribeauvillé, promenez-vous dans les rues du centre, avant de vous attabler au Caveau de l’Ami Fritz, qui fait également hôtel, pour déguster un verre de vin et une tarte flambée (au munster!)

Avant de partir, n’oubliez pas de faire une dégustation de vin chez un producteur et de repartir avec une bouteille ! (A consommer avec modération).

Kaysersberg
Grasse, la parfumée

Grasse, la ville aux milles odeurs, la ville qui fut connue à travers le monde pour ses parfums, qui lui vaut d’ailleurs le nom de capitale mondiale du parfum. Pour une fois, n’offrez pas juste une bouteille de parfum… mais un week-end dans la ville parfumée !

Commencez votre séjour par une visite au Musée International de la Parfumerie, un musée très ludique, qui rappelle l’histoire du parfum, sa fabrication, mais aussi ses usages et les différents designs du parfum. Allez ensuite sur la place du Cours Honoré Crespin pour démarrer la visite en petit train jaune touristique. La visite dure 35 minutes environ et vous conduit à travers le centre historique de Grasse. Une bonne idée pour démarrer sa visite de la ville !

Promenez vous ensuite dans les jolies rues de Grasse, allez à la place du 24 Août pour une jolie vue sur la ville en contrebas.

Le soir, mangez aux Delicatesses de Grasse sur la place aux Aires, qui sert des planches de fromages et autres mets du Sud comme de la tapenade par exemple. Faites un tour dans la ville de nuit: une autre ambiance, plus locale, s’en dégage.

Le lendemain matin, allez chez Molinard pour créer votre propre parfum ! Un atelier vraiment immanquable en allant à Grasse.

L’après-midi, visitez l’atelier du chocolat de la Maison Duplanteur, une référence sur Grasse. Achetez du chocolat aux éclats de rose ou violette, juste divin !

Pour le goûter, prenez une glace à la rose, à la violette et au jasmin chez Angel’Ice, qui se situe à quelques pas de la place du Cours Honoré Crespin.

Avant de partir, faites un tour aux jardins du Musée International de la Parfumerie, qui se trouvent à Mouans-Sartoux ( vous pouvez y accéder depuis Grasse en bus). Vous pourrez y admirer diverses variétés de fleurs, dont des roses, qui ont fait la renommée de Grasse.

Place du Grand Puy
Cassis la jolie

Cassis est l’endroit parfait qui allie soleil, beaux paysages et jolie petite ville. Port de pêche à 25 minutes de Marseille, Cassis est connue pour ses falaises calcaires.

L’incontournable? Le Parc National des Calanques, évidemment. Accessibles à pied (prévoir des baskets), ou en bateau, les calanques sont l’immanquable à faire lors de votre week-end à Cassis. Depuis le centre-ville de Cassis, marchez jusqu’à la calanque de Port-Miou, où se trouve un joli port de voiliers. Ensuite, la randonnée du GR 98 commence : direction la calanque de Port-Pin, en contrebas. Vous pourrez vous prélasser sur la plage, manger un pique-nique et profiter de la fraîcheur de l’eau.

En fin d’après-midi, retour sur Cassis. Arrêtez-vous à une terrasse pour boire un verre.

Le lendemain, déambulez dans les rues de Cassis, et marchez au niveau du port. Le week-end parfait entre détente et randonnée!

Calanque de Port-Miou
Collioure la colorée

Collioure, à environ 40 kms de l’Espagne, située dans les Pyrénées Orientales, est une jolie petite ville colorée comme on les aime, aux accents catalans et aux nombreux restaurants alléchants. Collioure est réputée pour ses anchois, mais aussi pour ses peintures.

Pour passer un agréable week-end, promenez-vous dans le dédale de rues colorées, mangez des tapas et de la crème catalane, reposez-vous sur la plage face à la mer, mettez les pieds dans l’eau dans le port de pêche, faites un tour dans les galeries de peintre et dans les petites boutiques artisanales, buvez des cocktails face à la mer et avec vue sur l’église Notre-Dame-des-Anges.

Vous pourrez compléter votre séjour en vous rendant dans une autre ville balnéaire, ou juste profiter de Collioure et du charme fou que cet endroit dégage.

Port de pêche de Collioure, avec en fond l’église Notre-Dame-des-Anges

En Europe

Envie de partir à l’étranger le temps d’un week-end ? Ces endroits sont faits pour vous !

Heidelberg, la romantique

Perle cachée en Allemagne, Heidelberg est la ville romantique par excellence ! De jolies rues, un château qui domine la ville, une promenade avec vue sur la ville… Heidelberg est la ville parfaite pour une escapade à deux !

Déposez vos affaires à l’hôtel Holländer Hof qui bénéficie d’une superbe vue sur le pont Karl-Theodor, avant de partir arpenter la ville. Promenez vous au hasard dans les rues de la vieille ville, arrêtez-vous sur la place du marché pour profiter de l’ambiance, avant de rentrer à l’intérieur de l’église du Saint Esprit. En fin d’après-midi, traversez le pont Karl-Theodor pour vous retrouver sur l’autre rive, au niveau de la pierre des amoureux, sur laquelle vous pourrez laisser un cadenas, ou tout simplement admirer la vue sur le château depuis ce spot ! Ensuite, petite marche en suivant le Chemin des Philosophes, avec vue sur le château. Une balade très romantique au moment du coucher de soleil !

Redescendez ensuite dans la vieille ville pour le repas.

Le lendemain, prenez le petit-déjeuner à Sweet Home sur la place du marché, où les pâtisseries sont délicieuses. Ensuite, direction le Musée de l’Université d’Heidelberg, où vous pourrez voir l’ancienne Aula (grande salle de l’université d’Heidelberg), avant de visiter le cachot des étudiants.

L’après-midi, direction le château de Heidelberg pour une visite guidée. Promenez-vous dans les jardins du château avant de redescendre dans la ville.

Avant de partir, n’oubliez pas de goûter au chocolat des amoureux, le Baiser de l’étudiant !

Heidelberg – vue sur le château et le pont, depuis la pierre des amoureux
Cadaqués, le joli village catalan

Cadaqués, rien qu’à prononcer le nom, on voyage déjà ! Petite perle de la Catalogne, ce village blanc vaut à lui tout seul un week-end ! A Cadaqués, c’est comme si le temps s’arrêtait, on prend le temps de vivre et de profiter.

Commencez votre découverte de Cadaqués par une balade dans les petites rues blanches et typiques pleines de charme. Prenez ensuite un verre face à la mer, avant de vous attabler au restaurant Casa Nun, qui propose une cuisine délicieuse. Après manger, direction Portlligat, pour aller visiter la maison de Dalí. Pour cela, suivre le chemin depuis Cadaqués. A Portlligat, profitez de ce petit village de pêcheur avant votre visite (à réserver bien en avance, les places sont limitées!) ; dans la maison de Dali, vous pourrez admirer la vue qu’il avait depuis sa chambre mais surtout ses nombreuses œuvres très originales ! Après votre visite, retour sur Cadaqués pour déguster une bonne glace tout en se promenant sur le littoral. Le soir, manger une bonne paella avec vue sur la mer.

Le lendemain, continuez votre promenade dans les petites rues, admirez le soleil se refléter sur la mer et faites le tour des boutiques, avant d’aller déguster des tapas et du manchego ( fromage espagnol). L’après-midi, pour clôturer le séjour en beauté, direction le Cap de Creus (pour les plus courageux, à pied depuis Cadaqués), qui est un parc naturel magnifique à quelques minutes en voiture de Cadaqués !

Cadaqués
Venise, ville de l’amour

LA destination romantique par excellence, impossible de ne pas en parler ! Venise a tout pour plaire aux couples, elle est romantique, on y mange hyper bien, on y découvre toujours de nouvelles choses… C’est une ville comme coupée du reste du monde, ville qui n’a pas perdu de son charme et de son authenticité malgré le temps qui passe, ville piétonne dans laquelle on circule à pied ou en vaporetto, ville aux nombreux palais… Certes, Venise n’est pas donnée, mais on lui pardonne tout quand on y est ! Comment ne pas tomber amoureux de cette ville?

A Venise, promener vous dans la ville, découvrez des places et recoins cachés, traverser de jolis ponts pour rejoindre un autre quartier, perdez-vous dans le dédale des rues, avant de traverser le magnifique Pont du Rialto, le plus célèbre pont de Venise. Aller jusqu’à la Place Saint Marc, regardez les vagues dans le Grand Canal, visiter le Palais des Doges et la Basilique Saint-Marc avant de déguster une glace. Si vous en avez les moyens, faites un tour en gondole pour 80 euros pour visiter la ville autrement ! Le soir, mangez des gnocchis au gorgonzola et un bon tiramisu.

Le lendemain, continuez votre balade dans les rues, au hasard, ou prenez le vaporetto pour aller visiter Burano et Murano, deux îles réputées, la première pour ses maisons colorées et sa dentelle, la deuxième pour sa verrerie.

Venise
Florence, l’idyllique

Firenze, ville musée de la Renaissance, chef-d’oeuvre d’art et d’histoire, se situe en Italie, plus précisément en Toscane.

Posez vos valises au Blu Notte Guest House, idéalement situé à une dizaine de minutes de la Cathédrale Santa Maria del Fiore. Justement, commencez par ici : gravissez les 463 marches pour monter dans le dôme de la cathédrale et avoir une vue magnifique sur la ville. Si vous n’êtes pas fatigués, direction le campanile de Giotto, pour la célèbre vue sur le dôme ( encore 414 marches!). Enfin, direction le baptistère Saint-Jean de Florence, avant d’aller déguster une pizza. L’après-midi, direction le Musée des Offices pour y admirer la Naissance de Vénus de Botticelli. En fin d’après-midi, courez à l’esplanade Michel-Ange pour y admirer l’un des plus beaux couchers de soleil, sur les hauteurs de la ville !

Redescendez ensuite dans le centre pour manger des lasagnes et boire des cocktails avant d’aller marcher dans les rues et de vous imprégner de l’ambiance de la ville.

Le lendemain matin, après une bonne nuit reposante après toutes ces marches, traversez le Ponte Vecchio, sur lequel se situe une galerie marchande, vendant majoritairement des bijoux. Prenez une glace parfum cremino à Venchi, avant de déambuler dans la ville ou de prendre un bus pour visiter Pise et sa fameuse tour penchée !

Florence – vue depuis le campanile sur le dôme
Rome, l’antique

On dit que tous les chemins mènent à Rome… Pourquoi ne pas y célébrer l’amour là-bas ? Rome, c’est tout un voyage ! Un voyage dans le passé, dans l’antiquité, au temps de l’Empire Romain : il suffit de regarder autour de soi pour découvrir des vestiges de ce passé !

Pour bien démarrer le séjour, visite du Colisée, symbole de la Rome antique.

L’après-midi, direction le Panthéon. Rentrez à l’intérieur de cet édifice religieux antique à l’ambiance très particulière, avant de vous installer à la terrasse d’un café sur la place Navone.

Le soir, repas dans le quartier de Trastevere, qui est très animé en soirée. Concerts de guitare de rue, locaux venus manger les meilleures pasta de la ville… De plus, les petites rues de ce quartier sont vraiment charmantes. Allez-vous promener sur les quais, vous apercevrez la coupole de la basilique Saint Pierre du Vatican !

Passez la nuit à l’hôtel Sonnino Suite, à deux pas du quartier Trastevere.

Le lendemain matin, visite du Forum Romain puis du Palatin, tant qu’il ne fait pas trop chaud. L’après-midi, direction le parc de la villa Borghese pour se promener dans le parc, et visiter la Galerie Borghese, musée rassemblant œuvres antiques et peintures baroques entre autres. Terminer votre visite en jetant deux pièces dans la fontaine de Trevi bien sûr !

Fontaine de Trevi

Et vous, avez-vous déjà visité un de ces endroits ? Lequel aimeriez-vous visiter ?

PS : pas besoin d’attendre la St Valentin pour partir en voyage en amoureux 😉

Mis en avant

Rétrospective de mes vacances en Alsace

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez sans doute que je suis partie pour une semaine en Alsace, du 30 décembre 2019 au 6 janvier 2020.

J’aime tellement cette région que j’ai prévue d’écrire plusieurs articles sur le sujet, mais j’espère que cette première mise en bouche vous plaira déjà. Aujourd’hui, j’ai souhaité vous parler de ma semaine en Alsace, de ce que j’ai fais, visité, mangé… Alors, il y aura deux trois journées qui seront un peu plus vides parce que je ne venais pas vraiment en Alsace en tant que touriste, et surtout, j’y étais déjà allée cet été.  De plus, en hiver, le temps est plus morose, il fait froid, cela est moins agréable pour visiter, en particulier pour faire des randonnées, même si c’est toujours agréable de se promener dans la nature. Je tenais cependant à vous partager mes vacances, afin de, je l’espère, vous donner envie de découvrir cette belle région par vous-même.

Deuxième fois en Alsace, et certainement pas la dernière. Je suis tombée amoureuse de cette région l’été dernier, et je l’aimais déjà même avant d’y avoir mis les pieds ( on se demande bien pourquoi… non c’est pas que pour le munster^^). Il y a tellement de choses que j’aime en Alsace : sa nature, sa culture, sa proximité avec l’Allemagne, sa nourriture, son vin, ses maisons trop jolies… et bien d’autres choses ! Je trouve cette région apaisante, surtout grâce à ses petits villages entres montagnes et vignes.

Clairement si cet article ne retransmet pas mon amour pour cette région, j’aurais échoué quelque part ahah.

Bon allez, trêve de plaisanterie, on prend sa valise, (ou son sac à dos si on aime voyager léger… ça, je connais pas trop désolé), son billet de train ( ou autre moyen de locomotion) , son appareil photo (ça c’est indispensable!), ses baskets (pour les jolies randonnées) et on me suit pour une semaine en Alsace pendant les fêtes !

Lundi 30 décembre 2019

Train à 6h26 en gare de Montpellier. Au revoir Papa Maman, à l’année prochaine (loul). Chargée de cadeaux. Le trajet durait 6 heures donc j’avais pris de quoi m’occuper. 

Gare de Mulhouse. Regarder en souriant par la fenêtre les paysages alsaciens sous le brouillard, apercevoir au loin le sommet du Grand Ballon enneigé. Avoir hâte d’arriver à Strasbourg. J’avais beaucoup aimé ma première visite cet été et j’avais hâte de découvrir l’Alsace en période de Noël, qui est quand même très réputée pour son ambiance.

Gare de Colmar, se rapprocher du but → les spaetzle au munster.

Arrivée à Strasbourg. Être bien contente d’avoir acheté un nouveau manteau plus chaud avant de partir ( il faut dire que dans le Sud, on est pas trop habitué à ce froid bien sec venant de la plaine…).

Petit tips pour se garer à Strasbourg : le parking du musée d’Art Moderne et Contemporain ( bon, un jour, il faudrait en visiter plus que le parking, mais il faut dire qu’il y a tellement de choses à voir rien qu’à Strasbourg!), qui est apparemment le parking le moins cher en centre-ville et qui est très pratique car il est à 10 minutes de la gare et très proche du quartier de La Petite France, ce qui est très pratique pour commencer à vadrouiller dans la ville!

Une fois les bagages dans la voiture, direction le quartier de La Petite France justement, pour manger de délicieuses spaetzle au munster ( lovelovelovelove). On a porté notre choix sur le restaurant La Corde à Linge qu’on nous avait conseillé. Petit tour dans le quartier en attendant qu’une table se libère, parfait pour prendre quelques photos. J’aime beaucoup ce quartier ( comme la grande majorité des touristes à vrai dire ahah), les maisons sont trop mignonnes, et l’Ill, la rivière qui traverse Strasbourg, en assure le charme. C’était très sympa de voir ce quartier version Noël.

L’instant bonne adresse : Une fois les pieds sous la table, dégustation de très bonnes spaetzle, je n’étais vraiment pas déçue, la qualité était au rendez-vous, vous pouvez y aller les yeux fermés ! J’ai pris des spaetzle au munster (#munstermonamour), et mon copain des spaetzle à la crème. Mais les spaetzle, c’est quoi au fait? Des pâtes alsaciennes trop trop bonnes! Les plats étaient très bien présentés, la quantité était juste parfaite pour mon appétit, et le munster juste trop bon ! La Corde à Linge ou l’art de rendre un plat plutôt lourd de base, raffiné et plus léger. On a fini par une crème brûlée au pain d’épice que l’on s’est partagé et qui était très bonne aussi et légère. La décoration est sympa, on retrouve des vêtements accrochés aux murs, évidemment, sur une corde à linge ! Si vous êtes de passage sur Strasbourg, je vous recommande vivement ce restaurant.

En sortant du restaurant, nous sommes allés dans un magasin où Noël est toujours de la fête : Un Noël en Alsace. La décoration est vraiment superbe, un grand sapin trône au milieu de la boutique, et des chants de Noël résonnent dans tout le magasin. J’en ai profité pour faire quelques achats décoration pour Noël prochain.

En se promenant, nous sommes arrivés au niveau de l’église protestante Saint Thomas de Strasbourg et j’ai donc proposé qu’on aille y jeter un œil. Je n’ai pas été déçue, l’église est vraiment jolie et très grande, il y avait un sapin devant l’autel, ce qui rajoutait encore plus de cachet à l’église.

Nous sommes ensuite allés sur la place Kléber sur laquelle se dresse le célèbre sapin de Strasbourg. Étant déjà le 30 décembre, le sapin commençait à faire la tête mais de nuit il était vraiment magnifique.

Nous nous sommes ensuite baladés jusqu’à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. En chemin, des boutiques diffusaient des bulles de savon. Sur la place de la cathédrale, il y avait le marché de Noël qui était encore présent pour sa dernière journée.  On ne s’est pas attardé au marché de Noël, on venait surtout pour rentrer dans la cathédrale que je n’avais pas pu visité la premiere fois.

Pour accéder à la cathédrale , il y avait une énorme queue ce jour là, certainement dû au marché de noël. Donc on a même pas essayé de monter dans les tours de la cathédrale, peut être une prochaine fois.

Une fois rentrée dans la cathédrale, j’ai pu m’émerveiller devant sa grandeur, ses beaux vitraux, ses tentures, et sa décoration de Noël. Chose que je ne savais pas : on y trouve une magnifique horloge astronomique datant de la Renaissance. Tous les jours à 12h30, les automates s’animent! 

Ensuite, nous nous sommes promenés un peu mais il faisait très froid; on a donc décidé de se réfugier dans un salon de thé. Malheureusement, nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette idée, nous avons donc dû attendre pendant une bonne demie-heure pour avoir une place. Nous sommes allés au Thé des Muses: c’est à la fois une boutique et un salon de thé. J’ai pris le mélange Sieste Tranquille, qui a des saveurs de melon, de figue, de pêche, d’abricot et d’amande. Le salon propose un très large choix de thés et de pâtisseries. Mon thé était super bon, et on a accompagné notre dégustation d’une tarte à la rhubarbe

strasbourg84

Quand on est sorti, il faisait nuit donc on a décidé d’aller voir rapidement les lumières mais on est vraiment pas rester longtemps parce qu’il y avait vraiment beaucoup de monde et il faisait toujours très froid, comme vous pouvez vous en doutez. Et surtout on était fatigué, enfin surtout moi vu que je m’étais quand même levé à 4h30 du matin. On a quand même fait un petit tour dans les rues illuminées de décorations, dans les artères principales. On est repassé sur la place Kléber, et on a vu le sapin illuminé, qui était vraiment beau. Puis on est allé récupérer la voiture au parking et on a quitté Strasbourg pour rentrer à la maison.

Mardi 31 décembre 2019

L’après midi, nous sommes allés faire une promenade dans la forêt d’Erstein, au barrage de la Steinsau

J’ai trouvé le paysage un peu triste, à cause de l’hiver car tous les arbres sont morts mais c’était tout de même joli, j’ai pu faire de jolies photos de la nature. On a décidé de ne pas trop s’attarder dans la forêt parce qu’on entendait des coups de fusil de chasseurs… en tout, on a du se balader pendant une heure et demie, deux heures, avant de rentrer fêter le nouvel an.

Mercredi 1er janvier 2020

Le lendemain, on s’est réveillé avec plein de brouillard pour commencer la nouvelle année. C’était pas très engageant, sauf qu’en réalité, il suffisait de monter en altitude pour avoir droit au soleil. On a pris la voiture pour aller au mont saint Odile. En chemin, le paysage était gelé, presque enneigé, c’était magique. Peu à peu, plus on montait, plus le soleil pointait le bout de son nez.

Arrivés en haut du mont saint Odile, depuis le couvent, nous avons eu une vue superbe sur une mer de nuages, un peu comme si on survolait la plaine en avion. Beaucoup de gens avaient eu la même idée : venir profiter du soleil au mont saint Odile. Habituellement on a vu sur la plaine, mais ce jour là on ne voyait rien à cause de la mer de nuages mais on voyait un château au dessus des nuages, c’était joli. C’est sûr que c’était plus sympa que la première fois cet été sous les torrents de flotte ahah.

Mais au fait, le mont Saint Odile, qu’est ce que c’est? Il s’agit d’un mont vosgien qui culmine à 764 mètres d’altitude, et qui abrite un couvent, l’abbaye de Hohenbourg, qui fut fondé par la patronne de l’Alsace: Sainte Odile. On retrouve sur place une église, deux chapelles, un joli point de vue sur la plaine, des restaurants et même un hôtel! Un tilleul, creusé en son centre ( on peut rentrer à l’intérieur), aurait des ondes bénéfiques, tout comme l’eau du mont saint Odile qui aurait des propriétés curatives, en particulier concernant les problèmes oculaires. 

On est resté environ 2 heures à admirer le paysage. En redescendant on a fait une balade dans la forêt qui nous a conduit sur des champs.

Jeudi 2 janvier 2020

Journée à la maison. On a préféré se reposer parce que le soir on allait au restaurant en Allemagne. C’était très drôle et étrange pour moi de prendre la voiture, et d’aller dans un autre pays en 20 minutes, alors que en Alsace, ça leur semble très naturel. C’était très chouette de retourner en Allemagne, et d’aller pour la première fois dans un village même si je n’ai pas vu grand chose à cause du brouillard. On est allé à Kappel Grafenhausen (ne me demandez pas de le prononcer!), qui se situe assez proche d’Europa Park: notre objectif de la soirée.  

On a mangé au Gasthof Elsässer Hof. C’était très bon. Je vous conseille de demander une petite portion ( klein: petit). J’ai repris des spaetzle mais cette fois sans munster, mais le menu était plutôt varié: vous pouvez manger par exemple une Schnitzel (escalope à la viennoise). On a pris des Apfelsaftschorle , il s’agit de jus de pomme pétillant, c’est une boisson très populaire en Allemagne mais celle-ci n’était pas très bonne pour le coup… En dessert, on s’est partagé un strudel aux pommes, typique de la cuisine allemande.

Ensuite on a repris la voiture direction Europa Park pour aller boire un verre. Évidemment, le parc est fermé à cette heure là, mais on peut avoir accès aux hôtels pour manger ou prendre un verre, ce qui est quand même plutôt cool. On a pu faire un tour dans les différents hôtels et différents quartiers mais aussi dans le quartier espagnol du parc qui était accessible. Bien sûr, tous les manèges étaient fermés mais c’était marrant de se promener comme cela, ça m’a donné vraiment envie de découvrir plus Europa Park. D’ailleurs, au bout de cinq minutes je demandais déjà d’y retourner, avec des étoiles dans les yeux, comme une petite fille de cinq ans ahah.

J’ai beaucoup aimé la diversité entre les hôtels, le fait que chaque hôtel correspond à un pays différent : Nouvelle-Angleterre (USA) , Italie, Espagne et Portugal ( c’est l’hôtel religieux, il a des azulejos, c’est écrit en portugais mais surtout on y retrouve même une chapelle!). Je trouve cela très sympa que les hôtels aient des thématiques différentes liées au voyage, c’était un peu comme aller de pays en pays en une soirée. Et en plus, c’était un peu le cas quand même… parce qu’on était surtout en Allemagne!

J’ai vraiment envie d’y retourner et cette fois pour faire vraiment le parc…Et j’ose espérer que cela ne rentrera pas dans l’oreille d’un sourd, n’est-ce pas? 😉

Nous avons donc fini notre visite par un verre au bar de l’hôtel Bell Rock qui est sur le thème de la Nouvelle-Angleterre. Nous nous sommes partagés une sorte de piña colada sans alcool, c’était vraiment très bon!

europapark1

Et nous sommes ensuite retournés en France 😉

Vendredi 3 janvier 2020

Le lendemain, il ne faisait pas beau, on est allé sur Strasbourg sans trop savoir ce que l’on allait faire niveau visite, et finalement on s’est juste promené un petit peu par manque de temps, et j’ai découvert des quartiers que je  ne connaissais pas, très modernes: Neudorf et Bourse.

strasbourg81

J’avoue que cette partie de la ville ne m’a pas trop emballé contrairement au reste de Strasbourg. On a ensuite rejoint la partie plus historique de Strasbourg, au niveau du Quai des Bateliers et de la place d’Austerlitz. J’ai vraiment apprécié cette balade le long du quai, j’aurais bien aimé continuer jusqu’à l’église Saint-Paul qui était au loin….. malheureusement, on devait rentrer, ce n’est que partie remise!

Samedi 4 janvier 2020

Le samedi, on a décidé d’aller à Sélestat, pour aller voir la bibliothèque humaniste. Nous avions vu un reportage Faut pas rêver sur l’Alsace, ce qui m’avait donné envie de la découvrir.

Nous sommes donc allés à Sélestat, nous avons visité en premier l’église Sainte Foy, qui était joliment décoré, avec, entre autre, une suspension en boule de verre de Meisenthal, apparemment en forme de sapin. L’extérieur de l’église était également joli, et sur la place, on pouvait trouver une patinoire sur laquelle adultes comme enfants étaient ravis de s’amuser.

Nous avons mangé dans une boulangerie qui fait aussi office de salon de thé et restaurant: la pâtisserie Wach Benoit. J’ai pris une quiche lorraine accompagnée d’une salade, et mon copain une tarte à l’oignon. On a emporté également des desserts pour manger plus tard, tarte à la confiture de framboise (linzer) pour moi et pour lui tarte à la mirabelle avec streusel (c’est une sorte de crumble, qui est une spécialité alsacienne/ allemande). Tout était bon, rien d’exceptionnel non plus. Un bon plan pour manger au chaud pour pas trop cher!

selestat32

Après manger, on est allé à la cathédrale Saint-Georges qui est décorée avec beaucoup de sapins, en référence à la tradition de l’arbre de Noël et au fait que la plus ancienne mention de l’arbre est conservée à Sélestat. C’était joli et on se sent plutôt bien dans cette église.

En passant devant la bibliothèque humaniste, je me suis rendue compte qu’elle était fermée… fermeture annuelle pendant un mois donc j’étais vraiment déçue… tant pis, ce sera pour une prochaine fois!

A la place, on s’est baladé dans Sélestat, c’est plutôt mignon, même si ça ne fait pas partie de mes villages coups de cœur, j’ai bien aimé.